Ne soyez plus à court d’idées de sujets pour votre infolettre

Ne soyez plus à court d’idées de sujets pour votre infolettre

Quand vient le temps d’écrire votre prochaine infolettre, il arrive que l’on soit carrément à court d’idées. Un bon moyen de contrer cela est de mettre en place un calendrier éditorial. Mais le fameux problème de la page blanche peut également survenir lors de la mise en place de votre calendrier. Je suis tombé sur une liste très intéressante de sujets que vous pouvez aborder lors de la rédaction de vos infolettres.

Voici celles que je trouve pertinentes à exploiter:

 

  • Un événement, un salon ou une journée de conférences à laquelle vous allez participer
  • Faire le résumé d’un billet de blogue que vous avez lu
  • Un sondage que vous voulez faire
  • Les résultats d’un sondage (le vôtre ou celui d’un tiers)
  • FAQ (foire aux questions)
  • Une démo d’un de vos produits ou services
  • Souligner l’anniversaire ou une étape importante atteinte par votre entreprise
  • Une liste de blogues ou de podcasts que vous recommandez
  • Une description de votre implication dans une cause
  • Témoignage d’un de vos clients
  • Une infographie que vous venez de faire
  • Biographie des membres de votre équipe
  • Historique de votre entreprise
  • Un prix que vous venez de remporter
  • Mise en valeur d’une entreprise dans votre secteur géographique (idéal pour le commerce local)
  • Outils et applications que vous trouvez utiles dans votre travail
  • Une recette… oui, oui. (exemple d’un billet de recette très populaire, même des années plus tard sur mon ancien blogue d’assurance de dommages: Une recette de tartare de truite sur un blogue d’assurance)
  • Un concours ou un tirage
  • Un livre blanc gratuit que vous venez d’écrire. Comme celui que l’on vient de mettre en ligne 😉 —-> 5 étapes pour créer votre stratégie Web!
  • Invitation à votre prochain webinaire
  • Lien vers votre dernier webinaire
  • Nouvelles de votre industrie
  • La photo la plus populaire du mois sur votre compte Instagram ou Pinterest
  • Vos suggestions de livres à lire
  • La liste des postes que vous avez à combler
  • Vos implications en tant que commanditaire

Sur le même sujet: L’infolettre: une arme très efficace

e-commerce: pourquoi vos acheteurs abandonnent leurs paniers?

e-commerce: pourquoi vos acheteurs abandonnent leurs paniers?

Ceux qui font du commerce en ligne savent que c’est déjà assez complexe (et souvent assez coûteux) d’amener un visiteur sur leur boutique, c’est d’autant plus frustrant de constater que celui-ci abandonne un panier plein sans passer à la caisse. Avant de pouvoir poser des actions pour enrayer la tendance, il faut tout d’abord tenter de comprendre pourquoi le consommateur ne se rend pas au bout du processus d’achat.

En faisant des recherches sur ce sujet, j’ai consulté les statistiques très pertinentes de Baymard Institute Ça débute avec un chiffre qui donne le vertige: le taux d’abandon moyen est de… 69,23%!!!!

Pourquoi?

 

Pas de panique. Il faut relativiser un peu car la raison principale (58,6% des cas) est que le consommateur est seulement en mode magasinage sans réelle intention d’achat. Voici les principales raisons en excluant ces cas:

  • 61% – Il y a trop de frais en extra (frais de livraison)
  • 35% – Le site me demande de me créer un compte.
  • 27% – Le processus final d’achat est trop long ou trop compliqué
  • 24% – Je ne peux calculer les frais de livraison avant de passer à la caisse.
  • 22% – Le site a planté avant de terminer.

Commerce en ligne: 69% de votre trafic provient de Google.

Quoi faire alors?

 

Comme nous pouvons le constater, en sachant pourquoi ils abandonnent vous pouvez maintenant réagir. C’est assez simple quand on y pense: la solution est tout d’abord d’optimiser au maximum le processus d’achat. (Plus d’un acheteur sur quatre abandonnent parce que la finalisation est trop longue ou compliquée). Réduire le nombre de champs à remplir obligatoirement est sérieusement à envisager. Selon Baymard Institute, vous pouvez augmenter votre taux de conversion de 35,26% en optimisant ainsi.

Il faut également que le consommateur sache à quoi s’en tenir en partant sur les frais additionnels applicables. Pourquoi ne pas également tenter la livraison à frais réduit (ou même gratuite) avec un certain volume d’achat? C’est une bonne occasion de lui faire ajouter des articles au panier pour l’inciter à atteindre le minimum requis pour en profiter.

Finalement, il est possible de récupérer un bon nombre de paniers en utilisant l’automatisation. Vous pouvez par exemple envoyer un courriel à l’acheteur pour lui demander la raison de son abandon et lui offrir un rabais additionnel. Un autre moyen efficace est le remarketing pour demeurer à l’esprit de celui-ci. Rien n’est totalement perdu, il faut mettre en place une stratégie pour tenter de renverser la vapeur et finaliser la transaction.

Bonne e-vente!

Pour aller plus loin: KPI : les indicateurs de performance les plus importants de votre stratégie numérique 

L’infolettre: une arme très efficace

L’infolettre: une arme très efficace

Vous vous dites peut-être: un billet de blogue sur l’infolettre en 2017, il me semble que c’est n’est plus pertinent? C’est vrai que c’est un outil marketing qui date, mais le fait est que c’est toujours très efficace! Par contre, il faut avoir une stratégie réfléchie pour obtenir des résultats intéressants. Ne laissez rien au hasard sinon vous allez être rapidement déçu et donc démotivé. Ce billet a pour but de mettre en lumière les principes de base et les bonnes pratiques dans la gestion de votre infolettre.

Un calendrier éditorial

Au début de chaque année, vous devez mettre en place un calendrier éditorial pour déterminer les sujets que vous voulez aborder dans le temps. C’est encore plus important si vous possédez une entreprise saisonnière car le message va être différent si vous êtes en début ou en fin de saison. Les abonnés s’attendent à recevoir du contenu adapté à leurs besoins du moment. Si vous trouvez cela trop ardu de planifier toute l’année, faites au moins l’exercice de le faire pour les 3 prochains mois. Le succès passe par la préparation.

Du contenu exclusif

Plusieurs font l’erreur de dupliquer le contenu de leurs billets de blogue dans leur infolettre. Pourquoi l’abonné voudrait recevoir le même article qu’il peut lire sur votre site Web? Sans compter que souvent, il peut aussi le voir sur les différents réseaux sociaux de votre entreprise. Avec une telle façon de faire, votre taux de désabonnement risque d’exploser.

Soyez imaginatif et concis parce que le temps accordé à la lecture d’une infolettre est très court. Le titre doit être percutant et il faut que ce soit évident pour le lecteur qu’il doit poser le geste d’ouvrir votre courriel afin d’être au courant de ce qui se passe dans votre entreprise et dans l’industrie.

Le bon moment et la bonne fréquence pour l’envoyer?

Bonne question. Chez Quoly, notre infolettre est hebdomadaire et elle est toujours envoyée la même journée de la semaine et à la même heure. Pourquoi? Afin de créer une routine, je dirais même une attente de la part des lecteurs. Ils s’attendent à recevoir votre courriel et c’est selon nous un facteur déterminant dans le taux d’ouverture.

Comme on est toujours en mode optimisation, j’ai lancé la discussion suivante sur LinkedIn: À quelle heure faites-vous votre envoi d’infolettre? Je teste plusieurs heures différentes depuis un certain temps et il semble que 14h soit populaire. De votre côté? Comme vous allez le constater, il y a plusieurs théories sur le sujet.

Dans les commentaires, Jean-François Binette propose cet article du site PME Web: Newsletter : 5 conseils pour identifier la meilleure heure d’envoi. Selon eux:

  • Entre 10h et 14h serait idéal
  • Il faut éviter le lundi et les week-ends
  • Mardi, mercredi et jeudi sont les meilleures journées
  • En fait, testez différentes journées et plages horaires selon votre marché (ce qui est un excellent conseil)

Quel outil utiliser?

Pour la gestion de nos infolettres, nous utilisons la populaire plateforme MailChimp. C’est un choix personnel mais nous apprécions sa simplicité et ses nombreuses fonctionnalités. Par exemple, si vous avez une banque importante d’adresses de courriel, il est intéressant de segmenter votre liste et ainsi livrer le bon message au bon usager. De plus, vous allez avoir accès à des statistiques qui pourront vous aider dans votre stratégie: taux d’ouverture et de désabonnement, nombre de clics sur vos liens, etc. Ces données seront utiles dans certaines de vos prises de décision. (ex: l’heure et le jour de la semaine avec le plus haut taux d’ouverture)

Si vous avez besoin de conseils ou de formation pour tirer le maximum de vos infolettres, communiquez avec nous et il nous fera plaisir de vous dresser un plan d’attaque efficace.

Vous aimerez aussi lire: Voici pourquoi votre entreprise doit bloguer dès aujourd’hui! 

Que nous réserve le marketing Web en 2017?

Que nous réserve le marketing Web en 2017?

À chaque début d’année et dans tous les domaines, les entreprises tentent de prévoir les tendances à venir. Bien sûr, il faut toujours en prendre et en laisser, mais c’est un exercice intéressant et utile à faire. Le marketing Web est toujours en pleine mutation et c’est pourquoi il est important de se tenir à jour et de creuser un peu plus loin dans sa recherche pour ses clients. Voici donc ce que réserve, selon nous, le marketing Web pour l’année 2017.

La vidéo

Cela fait déjà plusieurs années que l’on nous parle de l’importance de ce médium, mais en 2017 il est temps de s’y lancer vraiment. On voit une forte tendance vers la vidéo mais plus particulièrement celle diffusée en direct. En 2016, nous avons constaté l’explosion de ce type de contenu, que ce soit sur Facebook ou plus récemment sur Instagram et YouTube. Le consommateur aime interagir et c’est justement ce que permet la vidéo en direct. Elle devient sociale.

Les entreprises – en particulier dans le commerce de détail – devront donc tenter d’être originales et intéresser les consommateurs à leur marque. Un bon moyen peut être d’intégrer une vidéo dans leurs infolettres par exemple. Ils peuvent également faire une démo en direct d’un nouveau produit afin de demander l’avis des futurs acheteurs. Ils doivent mettre en contexte ce qu’ils ont à offrir.

Automatisation et contenus livrés à la demande

L’internaute ne vous donne que très peu de temps pour l’intéresser au contenu que vous lui livrez. Il est bombardé par toutes sortes d’offres et de promotions. C’est pourquoi il est impératif d’adapter et de personnaliser le message que vous tentez de lui passer. Quand on pense à l’automatisation, l’infolettre nous vient bien sûr en tête. Vous avez sûrement déjà reçu des courriels en lien avec les pages consultées sur tel ou tel site. Si vous êtes un consommateur de Amazon par exemple, vous savez de quoi je parle. Le remarketing est également un excellent moyen de pousser le bon visuel au bon moment s’il est bien utilisé.

Vous verrez aussi apparaître de plus en plus des demandes de sites Web pour leur permettre de vous envoyer des “notifications push”. Ce sont des petits messages en bas d’écran qui sont utilisés par des applications pour vous prévenir qu’un courriel vient d’arriver dans votre boîte de réception par exemple. Maintenant, il est possible d’utiliser ce même type de message pour vous faire part d’un promotion sur le produit que vous êtes en train de regarder. Ça peut sembler intrusif, mais tout est question de contexte.

Mais ça ne se limite pas qu’à ça. L’automatisation peut être appliquée de façon beaucoup plus large. On voit apparaître de plus en plus des robots. Oui, des robots. Ceux-ci ont pour mission de répondre automatiquement aux consommateurs à des questions posées de manière fréquente (clavardage et courriel). C’est un bon moyen de faire épargner du temps et de l’argent pour l’entreprise qui reçoit un nombre important de ce type de requêtes.

Optimisation pour les appareils mobiles: “Mobile First”

Ce n’est pas nouveau que l’on parle de l’importance d’adapter son site Web et sa stratégie marketing en fonction des appareils mobiles. Mais 2017 sera l’année pivot et vous devez vous y préparer afin de solidifier votre présence forte en ligne. En effet, Google a annoncé l’automne dernier qu’il aura bientôt 2 répertoires distincts pour les mobiles et “les autres”. Autrement dit, si votre site Web ne donne pas une bonne expérience sur un appareil mobile (que vous pouvez vérifier par exemple avec un taux de rebond plus élevé), vous êtes plus que jamais à risque.

Nous avons même pu voir quelques cas dans les derniers mois où Google lui-même avertissait le propriétaire d’un site Web que celui-ci ne répondait plus aux nouvelles normes (via la console de recherche). C’est là un signal sérieux selon nous, qui pourrait pénaliser grandement votre entreprise si vous n’en tenez pas compte dès aujourd’hui.

Les gestionnaires veulent comprendre rapidement les données

Comme un nombre croissant d’entreprises se tournent vers le marketing en ligne et délaissent de plus en plus certains médias traditionnels, ils veulent des indicateurs de performance (KPI) clairs et faciles à comprendre. C’est d’ailleurs un des nombreux avantages de la publicité Web, elle est mesurable efficacement. Mais, il ne suffit pas de récolter les données, il faut maintenant que le propriétaire ou le gestionnaire soit capable en quelques minutes de voir les résultats de ses investissements. Cela peut sembler évident, mais on voit vraiment une tendance en ce sens étant donné que le budget publicitaire réservé au Web est le double ou même le triple que par les années passées.

Nous espérons que ce billet vous aura aidé à réfléchir vers où vous voulez aller en 2017.

Il ne nous reste qu’à vous souhaiter une excellente année. Bonheur, amour, succès mais surtout de la santé!

Gestion de projet Web – Conférence au WordCamp 2016

Gestion de projet Web – Conférence au WordCamp 2016

Le 23 juillet dernier, notre président Bernard Prince a été invité une fois de plus à mettre de l’avant son expertise devant ses pairs. Chaque année se tient à Montréal le prestigieux WordCamp. C’est un évènement sur deux jours qui regroupe des dizaines de conférences à propos de la populaire plateforme WordPress.

Les professionnels du Web et blogueurs se regroupent pour assister à ces présentations et participent également à des ateliers. Cette année, l’événement a eu lieu à l’école de gestion John Molson School of Business au centre-ville de Montréal.

Voici sa présentation sur la gestion d’un projet WordPress en commerce électronique au WordCamp de Montréal 2016

 

Les bonnes questions donnent les bonnes réponses

Les bonnes questions donnent les bonnes réponses

Quelles que soient les actions que vous posez pour assurer le développement et la croissance de votre entreprise, vous le faites sur la base des informations que vous avez: clientèle cible, niveau de compétition, domaines d’expertises, etc. Avoir la bonne information au moment de prendre des décisions est essentiel pour ne pas viser à côté de la cible.

Une des façons d’obtenir une information valable, c’est de faire des sondages, avec des anciens ou actuels clients, ou bien en ciblant une audience plus large. Ce que je constate souvent au moment de créer un sondage, c’est que les responsables de l’entreprise partent avec le biais des réponses qu’ils souhaitent obtenir. Un sondage ou une étude ne doit pas tourner en concours de popularité.

La façon de poser une question de sondage

Par exemple:

Pensez-vous que Pour les PME est la meilleure entreprise pour gérer de la publicité en ligne? 

Bien que soit sûrement vrai (!), cette façon de poser la question risque d’influencer la réponse. Une meilleure façon serait donc:

Comment noteriez Pour les PME pour gérer de la publicité en ligne? 

À ce moment, le ton demeure neutre et risque beaucoup moins d’influencer les résultats. Cela s’applique pratiquement à tous les types de questions. C’est pourquoi il est souvent important de faire valider vos questions par une personne externe à l’entreprise, qui aura le recul nécessaire pour que les questions posées apportent une réelle valeur. Pire encore, si sondage sert à prendre des décisions d’affaires, les mauvaises informations de départ risquent de vous éloigner de l’objectif visé.

Voici une présentation mise en ligne par Hubspot de Boston (en anglais) qui donne plusieurs exemples pertinents. Selon le type d’étude que vous voulez réaliser, des outils comme Survey Monkey permettent d’obtenir rapidement un questionnaire professionnel.

[slideshare id=33245405&doc=7dontsofaskingsurveyquestions-140407175442-phpapp02]