Comment transformer un visiteur en abonné à votre infolettre?

Comment transformer un visiteur en abonné à votre infolettre?

Bien entendu, la finalité est de transformer un visiteur en client. Mais il ne faut pas négliger l’étape de la conversion en abonné à votre infolettre. Il faut bâtir une relation de confiance et démontrer que vous êtes un expert dans votre domaine et que vous pouvez le prouver en étant pertinent et constant dans l’exécution de votre marketing par courriel. Alors comment faire grimper rapidement votre nombre d’abonnés?

Créer du contenu qui est en lien avec les termes de recherche

La page d’accueil n’est pas très souvent la porte d’entrée d’un visiteur sur votre site Web. Dans plusieurs cas (si vous avez travaillé votre référencement naturel), l’internaute arrive par une page qui découle d’une recherche qu’il a fait sur Google. Si vous utilisez de la publicité numérique (AdWords par exemple), celui-ci devrait se retrouver sur une page d’atterrissage (landing page). Dans un cas comme dans l’autre, il faut absolument que vous serviez du contenu directement lié avec ce qu’il recherchait à la base. Soyez utile et répondez aux attentes. C’est la première étape pour créer de la confiance et l’inciter à s’abonner à votre infolettre.

Un appel à l’action de qualité

Plutôt que de vous expliquer de long en large, je vais vous référer à un autre billet de ce blogue écrit en mars dernier: 4 bons moyens pour générer des prospects à partir de votre site Web Mais si vous n’avez pas le temps de le lire, voici les éléments clés:

  • Placez vos appels à l’action où les gens regardent

  • Utilisez le pop-up de la bonne façon (C’est-à-dire: donne de la valeur à l’internaute, pique sa curiosité, nombre d’impression limité pour ne pas harceler celui-ci et visuellement attirant)
  • Insérez des hyperliens-appel à l’action dans vos pages

J’ajouterais qu’il est efficace d’ajouter une touche de mystère à votre message. Il faut que vous donniez une piste de solution mais sans trop en dire et terminer par ce genre de conclusion: …pour plus de trucs et conseils chaque semaine, abonnez-vous à notre infolettre!

Variez le type de contenu régulièrement

Démontrez votre polyvalence en alternant le plus souvent possible ces genres de publication:

  • texte de fond
  • texte d’opinion
  • infographie
  • vidéo
  • baladodiffusion
  • webinaire
  • actualité
  • étude de cas
  • témoignages
  • entrevues
  • etc.

N’hésitez surtout pas à commenter en nous donnant encore plus de trucs et conseils. Nous sommes intéressés à vous lire.

Le marketing en mode été: 5 billets à lire sur le sujet

Le marketing en mode été: 5 billets à lire sur le sujet

Enfin! L’été semble vouloir vraiment s’implanter pour de bon dans notre Belle Province. Les vacances, le soleil et les soirées sur le bord du feu sont de retour. Qu’est-ce que la saison estivale veut dire pour votre entreprise? Bien sûr, à moins que vous opériez exclusivement durant les mois de juin, juillet et août, vous devez travailler avec des effectifs réduits et peut-être même subir une baisse de votre chiffre d’affaires.

Résultat? Plusieurs seront tentés de mettre un frein (du moins partiellement) à leurs efforts marketing. Mais, est-ce la bonne stratégie? Est-ce qu’il y a des alternatives? J’ai rassemblé pour vous 5 billets qui mettent en perspective certaines actions que vous pouvez mettre en place cet été.

Bonus!

Astuces pour entretenir votre blog durant les vacances d’été (Markentive)

Et si l’été est votre grosse saison!

Le marketing Web pour les entreprises saisonnières (Quoly)

L’infolettre: une arme très efficace

L’infolettre: une arme très efficace

Vous vous dites peut-être: un billet de blogue sur l’infolettre en 2017, il me semble que c’est n’est plus pertinent? C’est vrai que c’est un outil marketing qui date, mais le fait est que c’est toujours très efficace! Par contre, il faut avoir une stratégie réfléchie pour obtenir des résultats intéressants. Ne laissez rien au hasard sinon vous allez être rapidement déçu et donc démotivé. Ce billet a pour but de mettre en lumière les principes de base et les bonnes pratiques dans la gestion de votre infolettre.

Un calendrier éditorial

Au début de chaque année, vous devez mettre en place un calendrier éditorial pour déterminer les sujets que vous voulez aborder dans le temps. C’est encore plus important si vous possédez une entreprise saisonnière car le message va être différent si vous êtes en début ou en fin de saison. Les abonnés s’attendent à recevoir du contenu adapté à leurs besoins du moment. Si vous trouvez cela trop ardu de planifier toute l’année, faites au moins l’exercice de le faire pour les 3 prochains mois. Le succès passe par la préparation.

Du contenu exclusif

Plusieurs font l’erreur de dupliquer le contenu de leurs billets de blogue dans leur infolettre. Pourquoi l’abonné voudrait recevoir le même article qu’il peut lire sur votre site Web? Sans compter que souvent, il peut aussi le voir sur les différents réseaux sociaux de votre entreprise. Avec une telle façon de faire, votre taux de désabonnement risque d’exploser.

Soyez imaginatif et concis parce que le temps accordé à la lecture d’une infolettre est très court. Le titre doit être percutant et il faut que ce soit évident pour le lecteur qu’il doit poser le geste d’ouvrir votre courriel afin d’être au courant de ce qui se passe dans votre entreprise et dans l’industrie.

Le bon moment et la bonne fréquence pour l’envoyer?

Bonne question. Chez Quoly, notre infolettre est hebdomadaire et elle est toujours envoyée la même journée de la semaine et à la même heure. Pourquoi? Afin de créer une routine, je dirais même une attente de la part des lecteurs. Ils s’attendent à recevoir votre courriel et c’est selon nous un facteur déterminant dans le taux d’ouverture.

Comme on est toujours en mode optimisation, j’ai lancé la discussion suivante sur LinkedIn: À quelle heure faites-vous votre envoi d’infolettre? Je teste plusieurs heures différentes depuis un certain temps et il semble que 14h soit populaire. De votre côté? Comme vous allez le constater, il y a plusieurs théories sur le sujet.

Dans les commentaires, Jean-François Binette propose cet article du site PME Web: Newsletter : 5 conseils pour identifier la meilleure heure d’envoi. Selon eux:

  • Entre 10h et 14h serait idéal
  • Il faut éviter le lundi et les week-ends
  • Mardi, mercredi et jeudi sont les meilleures journées
  • En fait, testez différentes journées et plages horaires selon votre marché (ce qui est un excellent conseil)

Quel outil utiliser?

Pour la gestion de nos infolettres, nous utilisons la populaire plateforme MailChimp. C’est un choix personnel mais nous apprécions sa simplicité et ses nombreuses fonctionnalités. Par exemple, si vous avez une banque importante d’adresses de courriel, il est intéressant de segmenter votre liste et ainsi livrer le bon message au bon usager. De plus, vous allez avoir accès à des statistiques qui pourront vous aider dans votre stratégie: taux d’ouverture et de désabonnement, nombre de clics sur vos liens, etc. Ces données seront utiles dans certaines de vos prises de décision. (ex: l’heure et le jour de la semaine avec le plus haut taux d’ouverture)

Si vous avez besoin de conseils ou de formation pour tirer le maximum de vos infolettres, communiquez avec nous et il nous fera plaisir de vous dresser un plan d’attaque efficace.

Vous aimerez aussi lire: Voici pourquoi votre entreprise doit bloguer dès aujourd’hui! 

Conférence- Relation client via son site web: Comment s'y retrouver?

Conférence- Relation client via son site web: Comment s'y retrouver?

 

Le 21 mai dernier, je faisais une conférence dans le cadre de l’événement Le Lab à Trois-Rivières. J’y ai parlé de relation client en ligne et de systèmes pour automatiser vos interactions avec clients et prospects, peu importe votre budget. Voici la présentation, qui contient de nombreux liens utiles.

 

Ce fût une belle rencontre avec un auditoire des plus attentif! De plus en plus, la Mauricie devient un pôle important dans les technologies numériques. La preuve? Le Lab affichait complet.

Analytique web et WordPress les 4 et 5 juillet

Mon prochain rendez-vous comme conférencier sera en juillet lors du populaire Wordcamp de Montréal, une rencontre dédiée aux développeurs et utilisateurs du CMS WordPress.  J’y parlerai alors de l’optimisation de Google Analytics et de bonnes pratiques stratégiques sur le populaire système de gestion (CMS).
Au plaisir de vous y croiser!
Sur le site web, au téléphone ou en personne

Sur le site web, au téléphone ou en personne

Bien comprendre le parcours de sa clientèle avant une vente est plus complexe que jamais. L’utilisation des plusieurs appareils (ordinateur, mobile, tablette, lunettes!) multiplie les sources d’entrées dans Google Analytics pour un même visiteur. Pire encore, les réseaux sociaux et les nombreux sites où les commentaires et les évaluations sont permiss rendent difficile de suivre ce qui peut se dire sur votre marque. Pire pire encore, autant ces multiples possibilités peuvent amener des nouveaux clients, autant elles peuvent les éloigner sans que vous ne le sachiez jamais.

Mais que faire pour s’y retrouver?

Noter ceux qui ne passent pas par le Web

C’est un truc bien plus vieux qu’internet, mais qui n’est que rarement utilisé, en particulier par les petites entreprises. Savoir d’où vient une demande d’information en ligne est assez facile à retracer avec des outils comme Google Analytics lorsque ceux-ci sont bien configurés. Mais lors d’un appel ou d’une visite au commerce, il faut faire un peu plus d’efforts… mais si peu pourtant.

Vous pouvez simplement laisser une feuille près du téléphone ou de la caisse pour demander aux nouveaux visiteurs: “Comment nous avez-vous trouvé?”. Dans la grande majorité des cas, ceux-ci vous donneront l’information avec plaisir. Une erreur commune avec cette mesure, c’est de ne noter que ceux qui deviennent clients. Dans les faits, vous voudriez aussi en savoir plus sur ceux qui font l’effort d’appeler ou de se présenter, sans acheter.

Si vous avez plusieurs employés au téléphone, il est possible d’informatiser ce processus, ou encore de l’automatiser avec des services comme ifbyphone qui sont en mesure de distinguer les sources de chaque appel.

Quel est le temps d’attente?

Je ne parle pas d’ici du temps d’attente au téléphone, mais bien du temps écoulé entre le premier contact et la conversion tant espérée. Ne s’occuper que de la visite qui fait la vente est une erreur fréquente. Ce qui importe au moins autant, c’est la première visite, ou le premier contact (si vous connaissez Star Trek, vous me comprenez!).  Vous n’avez jamais une deuxième chance de faire une première impression paraît-il. C’est aussi vrai en marketing. Si vous réussissez à identifier comment vos clients vous découvrent pour la première fois, vous aurez une indication beaucoup plus précise où mettre des efforts.

Dans le cas d’un de mes clients qui a récemment ouvert un commerce dans un nouveau secteur, la méthode la plus payante de générer rapidement des appels a étée… le publipostage! Oui, les gens sont aussi allés sur le site web indiqué dans la publicité et oui, la majorité de ceux qui ont reçu de bout de papier n’y ont pas accordé d’attention. Mais au final, c’est ce qui pour plusieurs à mis en place la première curiosité envers ce nouveau commerce. Même en première place sur Google, cette impression est difficile à réaliser avec 9 sites compétiteurs sur la même page.

Garder l’historique pour mieux s’en servir

L’utilisation des outils de gestion de clientèle et le marketing relationnel 2.0 sont des méthodes encore largement sous utilisés de la part des PME du Québec. Pourtant, de nombreux services toujours plus abordables font leur apparition chaque année. Maintenant, pour quelques milliers de dollars, il est possible de mettre en place des outils qui conserveront une historique de chaque contact avec chaque client et chaque prospect. Avec ces données en banque, vous serez en mesure de mettre en place des stratégies et des mesures de plus en plus efficace.

C’est possiblement une des lacunes de ces systèmes, du moins selon moi. La grande majorité des entreprises vendent ces système comme un outil, ou une boîte à utiliser. Bien sûr il y a de la formation et les services de personnalisation. Mais ce qui manque pour plusieurs, c’est de faire le pont entre ces données et l’analyse à en tirer, puis les stratégie à modifier en conséquence.

C’est là que se trouve la véritable valeur ajouté de ces outils. C’est en partie la mise en relation de plusieurs sources d’information que démontre la roue du marketing web. Au cours des prochaines semaines, vous verrez notre nouvelle offre pour vous aider à connecter ces informations et en tirer la meilleure valeur. À suivre!

Comment faire exploser vos ventes… après achat !

Comment faire exploser vos ventes… après achat !

À l’occasion, certains auteurs invités viendront parler de leur expérience de marketing d’attraction sur le Web. Aujourd’hui, David Grégoire nous parle d’hyperpersonnalisation. 

Je parle souvent de l’hyperpersonnalisation de l’expérience client. J’en ai entre-autres parlé dans la conférence que j’ai donnée au salon eCom-Montréal en avril 2013.

Qu’est-ce qu’hyperpersonnaliser l’expérience de votre client peut faire ? D’abord, lui offrir une expérience Wow ! Mais surtout, gonfler vos ventes.

Je parle de technique vieilles comme le monde, mais qu’on n’a pas tendance à appliquer très souvent. Aller, je vous le dis: Parlez donc à vos e-clients comme un commerçant traditionnel le ferait !

Maximiser l’expérience client

Adressez-vous à vos clients personnellement. Le client en tant que personne, et le commerçant en tant que personne. Pour faire cela, je recommande toujours qu’un employé de l’entreprise envoie un email directement au client, sans fla-fla.

Mais bon, vous voulez savoir comment augmentez vos ventes post-achat.

Après l’achat, communiquez avec votre client pour lui proposer d’ajouter des produits à sa commande.

Amazon offre des produits connexes à ses clients depuis assez longtemps. Et beaucoup d’entre vous le faites également. Mais après l’achat, qui le fait réellement ?

Supposons que vous avez un site sur lequel on peut acheter des CD. Et supposons qu’un client alpha achète 2 CD de Pierre Lapointe. Une fois la commande passée, l’expérience du client s’arrête pas mal là en général…

Et pourquoi ne pas lui écrire un courriel directement de la part du président ou du directeur du service lui proposant d’ajouter à sa commande un autre CD de Pierre Lapointe, à rabais ? Un seul clic et il peut l’ajouter à sa commande !

Bonjour David,

J’ai remarqué que vous avez acheté 2 disques de Jazz. J’aimerais vous proposer, à rabais bien entendu, d’ajouter à votre commande un CD de Miles Davis que vous aimerez très sûrement.

Il ne suffit que de cliquer ici pour l’ajouter à votre commande qui sera expédiée dans quelques heures !

Encore un immense merci pour votre clientèle,

Jean B.

Directeur du service

Acheteriez-vous ?

 

VP Technologies chez Voyages À Rabais, l’agence de voyages #1 au Québec. Voyages À Rabais fait voyager 100 000 voyageurs annuellement et réaliste un chiffre d’affaires de 100 M$, dont 90% sur le web. David Grégoire est en responsable des technologies, du développement web, du marketing interactif, des médias sociaux, et d’une partie du marketing traditionnel. Mathématicien de formation, il a fait de la recherche en SEM pendant quelques années, avant de co-fonder sa petite agence web de 6 employés à Montréal. Il a fait le switch pour Trois-Rivières avec ses deux enfants il y a maintenant 2 ans !