15% des internautes font au moins une recherche par jour

15% des internautes font au moins une recherche par jour

Si vous êtes un lecteur régulier de ce blogue sur le marketing Web, vous connaissez déjà notre amour pour le blogue de Moz. Je voulais écrire un billet un peu plus léger cette semaine et je suis tombé sur un article ayant pour titre: The State of Searcher Behavior Revealed Through 23 Remarkable Statistics. J’ai été tout de suite intrigué car une bonne partie de ce que nous faisons chez Quoly est en lien avec le moteur de recherche Google. Alors? Quel est l’état de la situation?

Quel est le nombre de recherches effectuées par année sur Google.com ?

Cela reste une estimation car le chiffre est tellement impressionnant, mais on peut dire que annuellement c’est de l’ordre de plus de 2 trillions. (2 milliards de milliards!!!)

Combien de temps dure une session de recherche?

Entre le début des recherches, le chargement des résultats, le clic vers un lien et le retour vers les résultats, il s’écoule en moyenne moins de 60 secondes. Vous avez donc peu de temps pour convaincre un visiteur de s’attarder sur votre site Web, n’est-ce pas?

Quel % des internautes font au moins une recherche par jour?

Réponse courte: 15%. Chaque semaine, c’est 45% et finalement 68% font une recherche tous les mois.

Est-ce que toutes les recherches résultent en clic?

Non. Cela nous arrive assez souvent de faire 3 ou 4 recherches différentes (18% du temps nous effectuons plus d’une recherche) pour finalement cliquer sur un résultat. En fait, 66% des recherches finissent par un clic. Aussi, dans 8% des cas, nous cliquons sur plus qu’un résultat avec la même recherche.

50% des internautes se limitent aux 3 premiers résultats sur Google!

AdWords récolte quel % des clics?

Cela peut sembler peu, mais c’est tout de même 3,4%. Si on considère le nombre de recherches, c’est beaucoup!

Le top 10 des sites avec un moteur de recherche? (% du nombre total de requêtes) 

  1. Google.com 59.30%
  2. Google Images 26.79%
  3. YouTube.com 3.71%
  4. Yahoo! 2.47%
  5. Bing 2,25%
  6. Google Maps 2,09%
  7. Amazon.com 1,85%
  8. Facebook.com 0,69%
  9. DuckDuckGo 0,56%
  10. Google News 0,28%

Le nombre moyen de mots utilisés pour faire une recherche?

L’internaute utilise en moyenne 3 mots. 8% des recherches se font sous la forme d’une question.

Où vont ces clics?

Les sites qui font partie du Top 100 (autres que ceux qui la propriété de Google) récoltent 12,6% des clics.

Programmeur SEM recherché

Programmeur SEM recherché

Programmeur SEM?

Notre équipe est située au DigiHub de Shawinigan et se spécialise dans la mise en place et l’optimisation d’outils stratégiques pour améliorer la performance des entreprises québécoises en étant facilement retrouvées sur le Web. Notre clientèle vise autant le marché local, provincial, national qu’international. Nous sommes une agence accréditée Google Partner. 

Parmi les nombreux défis à relever (qui sont aussi ceux de nos clients), vous aurez à contribuer à mettre en place les outils et stratégies définis par les objectifs d’affaires. L’équipe et l’expertise de Quoly vous amènera à acquérir des connaissances uniques dans les domaines de l’analytique Web, la programmatique et le “tag management”.

On recherche un passionné du Web qui aime relever les défis d’une jeune entreprise en pleine croissance.

Principaux rôles

  • Analyser la performance SEO de nombreux sites Web et proposer des solutions aux lacunes de ces derniers.
  • Effectuer le suivi des campagnes AdWords et créer/gérer des scripts pour optimiser/automatiser les processus
  • Configurer et optimiser les mesures de performances (KPI) sur les sites Web des nos clients, entre autres avec Google Analytics et Google Tag Manager
  • Créer et générer des rapports de performance avec Google Data Studio et Supermetrics
  • Créer et mettre en place des alertes
  • Faire des tests A/B avec Google Optimize et Optimizely

Les compétences et qualités recherchées

  • Langages de programmation à connaître:
    • JavaScript
    • HTML
    • CSS
    • jQuery
    • Regex
  • Connaissance de base en graphisme et intégration
  • Excellente maîtrise du français oral et écrit
  • Avoir une base fonctionnelle de l’anglais oral et écrit
  • Être débrouillard et autonome
  • Aimer apprendre continuellement
  • Certification Google Adwords/Google Analytics (un atout!)

Conditions

  • Temps partiel (possibilité de temps plein)
  • Horaire de travail variable et possibilité de travailler partiellement de l’endroit de ton choix
  • Salaire compétitif

 

Merci d’envoyer ton CV à info@quoly.com 

Dans ce document, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte.

 

Est-ce que votre signature électronique est conforme à C28?

Est-ce que votre signature électronique est conforme à C28?

Durant une journée de travail, probablement que si vous êtes comme moi, vous envoyez et recevez des dizaines de courriels. N’est-ce pas? Plusieurs connaissent également la Loi anti-pourriel (Loi C28) qui est entrée en vigueur le 1ier juillet 2014, mais est-ce que l’on prend tous les moyens nécessaires pour s’y conformer à 100%? Comment peut-on être certain que nos pratiques ne sont pas en conflit avec cette loi?

Des amendes salées…et qui peuvent vous viser personnellement

Une source d’information très pertinente traitant principalement du sujet de la Loi C28 est le blogue de l’entreprise québécoise Certimail. La semaine dernière, nous avons pu y lire qu’un torontois a eu droit à une amende de 15 000$ pour avoir envoyé 58 courriels non-conformes à la Loi. Ce qui est le plus surprenant dans cette histoire, c’est surtout le fait que c’est l’individu et non pas l’entreprise qui a été sanctionné. C’est une première et c’est important de le souligner.

Possibilité de désabonnement dans ma signature électronique… vraiment?

Si on prend le temps de scruter toutes les subtilités de la loi C28 (je sais, on a tous très peu le temps de le faire au complet), il faudrait démontrer dans notre signature électronique qu’il est possible de ne plus recevoir de courriel de notre part. Si vous gérez une infolettre, vous le faites sûrement déjà par défaut, mais dans vos courriels? C’est encore une fois ce que l’on peut lire dans le dernier billet de Certimail qui a pour titre: Amende d’1,1M$ d’AMAZON : avoir le consentement ne suffit pas D’ailleurs, c’est suite à la lecture de celui-ci que Bernard a décidé d’apporter des modifications à la nôtre en ajoutant plus de détails dans nos signatures électroniques chez Quoly. La voici:

Exemple de signature de courriel avec la loi c-28

Comme vous pouvez le constater, nous avons pris un maximum de précautions afin de donner un moyen de vous désabonner et ce, même si c’est une communication avec un de nos clients par exemple. Évidemment, c’est encore plus important si vous envoyez des courriels de sollicitation.

Si vous avez un modèle de signature électronique à proposer, je vous invite à le mettre en commentaire. Ce serait apprécié de voir votre formule à vous.

Aussi à lire: 4 raisons pour lesquelles votre entreprise doit investir dans le marketing numérique

Pourquoi vous devriez sécuriser votre site en https dès maintenant.

Pourquoi vous devriez sécuriser votre site en https dès maintenant.

Le lancement d’une nouvelle version du fureteur Chrome (version 56) est prévu aux environs du 31 janvier 2017. Comme il est difficile pour beaucoup d’utilisateurs de savoir si un site Web est sécuritaire ou non, Google a décidé de rendre cette information plus évidente. Petit rappel: Chrome a près de 57% des parts de marché, comparé à 11% pour Internet Explorer et 10% pour Safari.

Phase 1: Si votre site Web n’est pas sécurisé (https ou SSL) et que vous collectez des renseignements comme un mot de passe ou des numéros de cartes de crédit (boutique en ligne), un message de ce type va apparaître bientôt:

Cela n’inspire pas du tout confiance n’est-ce pas? Cela peut facilement donner l’impression que le site Web est compromis et même dangereux d’utilisation. C’est pourquoi, nous recommandons de passer au https le plus rapidement possible.

Phase 2: Google prévoit afficher ce message pour toutes les pages d’un site Web en http (non-sécurisé). Le message qui s’affichera dans la barre d’adresse ressemblera à ça:

Pourquoi attendre? Il ne faut pas lésiner sur ce détail car la confiance des internautes est un facteur important à prendre en compte. En aucun cas vous devez donner l’impression que votre site Web pourrait endommager l’appareil du visiteur.

La console de recherche envoie des messages, il faut en tenir compte!

Ce n’est pas la première fois que nous parlons sur ce blogue de l’importance d’utiliser la console de recherche Google. En voici un autre exemple. En effet, depuis quelque jours, certains de nos clients ont reçu un avertissement comme celui-ci:

Message de la console de recherche Google d'un site sans https

Autrement dit, le système à détecté des pages pouvant recevoir de l’information personnalisée et sensible qui n’étaient pas sous le protocole https. Il y a donc a parier qu’avec la nouvelle version de Chrome (qui se met à jour automatiquement dans les jours suivant la publication d’une nouvelle version), ce site donnera à ses visiteurs le message d’erreur si rien n’est fait.

Même pour les sites qui ne vendent pas en ligne.

Vous vous dites que vous ne vendez pas en ligne et que vous ne demandez pas de numéros de carte de crédit, et qu’en conséquence cela ne vous concerne pas? Erreur! Car cet avertissement est aussi valide pour les sites qui ont une interface de connexion…

Autrement dit, tous les sites utilisant WordPress (vous devez vous connecter au panneau admin, comme de nombreux autres CMS d’ailleurs) peuvent passer sous cette mise à jour. Cela vaut aussi pour les forums de discussion, les répertoires ou n’importe quel site où se trouve un accès client ou un accès gestionnaire.

Que devez-vous faire?

Il vous faut ajouter un certificat SSL à votre site Web et l’implanter sur toutes les pages. Non pas seulement sur les étapes de paiement comme c’est souvent le cas. Les certificats SSL sont de moins en moins dispendieux et même gratuits selon le type d’hébergement que vous avez. Il faut donc contacter votre hébergeur Web pour connaître vos options. Dans certains cas, il vous faudra possiblement apporter des changements à votre site.  Par exemple, faire en sorte que les images possèdent aussi des URL sous https. Avec WordPress, cela peut se résoudre en ajoutant un plug-in qui forcera l’utilisation du format https.

Pas d’impact négatif pour le référencement.

Dans le domaine du référencement Web, ce type de changement peut s’avérer majeur puisque même si ce n’est que l’ajout d’une petite lettre à l’URL, cela modifie toutes les pages de votre site. Pour ne pas que votre visiteur se trouve perdu dans les méandres du 404 (le numéro d’erreur généré), il faut mettre en place un système de redirection 301 (redirection permanente).

Or, il n’y a pas longtemps encore, ce type de changement pouvait faire perdre du poids à la notoriété de votre site Web au yeux de Google. Mais dans sa dernière analyse des redirections, Cyrus Sheppard, expert de la firme Moz, démontre qu’il n’y a aucune pénalité attribuée à ce type de modification. Voilà une bonne nouvelle!

Sources: Google / Wordfence

MAJ 25 janvier. La prochaine version de Firefox (51) pourrait aussi afficher ce type de message. Merci à Daniel Vandal du groupe Les mordus du Web pour cette mention!

Chronique radio: Le rachat de Yahoo! et de DollarShaveClub

Chronique radio: Le rachat de Yahoo! et de DollarShaveClub

Au menu cette semaine de ma chronique techno sur les ondes de Passion FM à l’émission Le Réveil avec Stéphan Viau : Le rachat de Yahoo! et de DollarShaveClub

Pour faire l’écoute de ma chronique du 26 juillet 2016: cliquez ici.

La liste des sujets et des liens pertinents:

Le moment zéro de la décision d'achat

Le moment zéro de la décision d'achat

 

Une partie importante du travail en marketing est d’analyser le comportement des consommateurs et ce qui influe sur la décision d’achat. Il en va de même pour le marketing web, d’autant que les outils d’analytique permettent de creuser et d’analyser précisément leur comportement des différents groupe, ou persona,  qui visitent notre site web ou nos présences sur le réseaux sociaux.

Depuis quelques années les réseaux sociaux et les multiples applications mobiles ont modifiés notre façon d’utiliser internet, en particulier les commentaires et les interactions avec les autres. Cela influence bien sûr aussi notre comportement en tant que consommateur. C’est pourquoi on parle de plus en plus de marketing d’attraction (ou inbound marketing), qui consiste à faire en sorte d’être présent au moment où un prospect cherche notre produit plutôt que de pousser sa publicité à un large auditoire pour atteindre un pourcentage de clients cibles.

Le moment zéro de la décision d'achat

C’est dans cet esprit qu’il y a quelques semaines, Google à lancé le site www.zeromomentoftruth.com/ ou moment zéro de vérité. Il s’agit de cet instant, pas magique, mais où se produit l’étincelle qui vous fera pencher vers un produit ou service plutôt qu’un autre.

La lecture des commentaires, les “like” ou “retweet”, les “check-in” sont autant d’instants, de moins d’un seconde souvent, qui marquent un point dans votre esprit et qui pourraient avoir une importance déterminante au moment de choisir un restaurant ou une nouvelle télé. Plus encore: vous-même ferez une action dans ce même restaurant qui pourrait devenir le moment zéro d’un de vos contacts!

D’un point de vue marketing, il devient donc vital de comprendre ces nouveaux comportements et de s’adapter. Par exemple:

  • Au service téléphonique, il faudra de plus en plus conforter le client dans le choix qu’il a déjà fait plutôt que simplement lui vanter votre produit, car s’il prend la peine de vous appeler c’est qu’il est sans doute rendu plus loin dans son processus d’achat qu’il y a seulement 2 ans.
  • Si vous devez gérer un commentaire négatif sur une page Facebook, vous ne parlez pas seulement qu’au plaignant, mais à tous ses amis. Même si “l’instigateur” n’est pas satisfait de votre réponse, certains autres lecteurs pourraient trouver vos réponses et vos efforts plus que satisfaisants et ainsi développer une confiance envers votre marque.
  • Prendre les devant et demander l’avis de vos consommateurs est de plus en plus un preuve d’intérêt qui sera récompensée tôt ou tard.

Bref, bien comprendre votre auditoire, comment ils agissent et interagissent devient de plus en plus essentiel. Ce n’est plus une bataille pour gagner un nouveau client, mais un environnement où chaque instant devient une occasion -déclenchée, offerte ou manquée- de créer cette étincelle qui sera plus tard le déclencheur d’un achat.