5 prédictions Web pour 2014

5 prédictions Web pour 2014

prédiction pour les pme sur le web en 2014

La fin de l’année est souvent l’occasion de faire son bilan. Mais c’est aussi un bon moment pour regarder les tendances qui s’en viennent! J’y vais donc de 5 petites prédictions liés bien sûr au marketing Web. Donc si votre entreprise est active ou compte s’activer sur internet, voici ce à quoi vous pourriez vous attendre en 2014.

1. Les médias sociaux vont passer du volume au RSI

Vous avez 20 000 “j’aime” sur votre page Facebook? Bravo, mais combien rapporte votre présence sur Facebook? Les spécialistes en médias sociaux devront se diversifier ou s’associer avec d’autres experts du Web afin de justifier réellement ce que leur présence et les interactions générées rapportent, que ce soit en terme de ventes, de contacts ou de gains en visibilité (impact sur le référencement). C’est ce qu’on appelle le retour sur l’investissement (RSI) et le crois que les entreprises seront de plus en plus exigeantes de ce côté.  Les outils de mesure existent; il faudra les connaître et savoir les configurer comme il se doit.

2. Le retour au public-cible

L’un des points marquant de 2013 fût la perte des mots-clés dans les rapports d’analytique Web. Plusieurs en ont conclu, à tort selon moi, que cela signerait la mort du référencement Web. Pourtant, la très grande majorité des recherches se fait toujours par les mots-clés. Comme j’en ai parlé dans un récent billet sur les résultats de Google, les entreprises et les spécialistes du Web doivent s’adapter à cette réalité et ne pas simplement sculpter une page pour 1 ou 2 mots-clés, mais réellement définir et cibler une clientèle-cible unique. C’est un peu un retour aux anciennes normes Comscore et autres pour annoncer dans les médias de masse (quel poste de radio ou télé écoute ma clientèle?), mais avec ces moyens beaucoup plus puissants. Ici aussi, avoir un objectif clair devient un pré-requis essentiel.

3. Le Big Data sera aussi pour les petits

Jusqu’à présent, la notion de Big Data semblait réservé aux grandes entreprises. Cependant, les outils prennent de la maturité et deviennent de plus en plus accessibles. Comme l’a démontré Jean-François Belisle lors d’une soirée Focus20 , ce n’est pas tant l’accès aux données qui cause problème, mais de savoir en tirer une intelligence d’affaires (BI) qui sera avantageuse pour l’entreprise. Les données sont là (la majeure partie de la dépense est déjà faite), il faudra apprendre à les analyser et les rentabiliser!

4. Le marketing relationnel sera un terme à la mode pour les non-initiés

À chaque année, ont trouve un “buzz-word” ou terme à la mode. En 2013, il a beaucoup été question de remarketing, qui permet de cibler spécifiquement des visiteurs non-convertis. En 2014, le marketing relationnel prendre selon moi de plus en plus de place. Il s’agit non pas de créer des campagne de masse. Mais de créer une campagne promotionnelle (courriel ou autre) qui sera façonnée selon les actions de chaque prospect ou visiteur. On créée donc des recettes ou des conditions qui seront déclenchées et adaptés de manière automatique. Ces systèmes existent depuis très longtemps, mais leur méconnaissance et les coût liés à la mise en place font qu’ils demeurent peu utilisés par les PME. De nouveaux outils moins coûteux rendent désormais le marketing relationnel plus accessible.

5.  L’analytique Web va connaître une forte croissance

C’est bien beau tous ces outils, mais comment s’assure-t-on de faire profits et non pas de gaspiller de l’argent? L’analytique Web existe depuis très longtemps, mais l’utilisation des objectifs, du retour sur l’investissement et des conversions multi-canaux (plusieurs visites avant la conversion) demeurent largement sous-utilisés. Par contre, le besoin de comprendre ce que rapportent vraiment les sommes investies en contenu, en publicité et en médias sociaux feront que les entreprises, même les travailleurs autonomes, voudront comprendre davantage ce que pensent les visiteurs de leur site Web. Pas besoin d’être un expert, mais quelques tableaux de bord bien montés apporteront beaucoup de connaissances pour un coût minime.

 

Et-vous, quelles sont vos prédictions?

Maintenant accrédité Google Partners

Maintenant accrédité Google Partners

La fin de l’année est souvent l’occasion de finaliser certains projets et de mettre de l’ordre dans nos priorités. C’est le cas ici aussi. C’est pourquoi j’ai pris le temps de finaliser les étapes et que depuis peu, Pourlespme.com possède la certification Google Partner.  Après le virage important pris en novembre, voilà une très belle nouvelle à l’approche des fêtes!

Pour les PME est maintenant accrédité Google Partners

Qu’est que cela prouve?

Ne deviens pas Google Partner qui veut. Voici un résumé des conditions:

  • Passer les certifications Adwords à titre individuel
  • S’assurer de suivre les bonnes pratiques depuis quelques mois et de faire un suivi régulier des comptes à notre charge
  • Avoir un minimum de budget dépensé par ses clients. Évidemment me direz vous! Mais en même temps, cela prouve que nous sommes constamment plongés Adwords et que nous nous tenons à jours dans les dernières (et nombreuses) évolutions de l’outil. C’est aussi une preuve de confiance de la part des clients

Toutes ces conditions sont maintenant remplies, ce qui permet maintenant d’afficher le badge officel. J’en remercie grandement nos clients qui nous font confiance pour leur stratégie Web!

Qu’est-ce que ça apporte d’être Google Partner?

C’est bien beau les conditions et le badge, mais pour vous, est-ce que cela change quelque chose? Les programme donne notamment accès à ces outils:

  • Offres promotionnelles
  • Support des équipes de Google pour le lancement de nouvelles campagnes
  • Accès à de la documentation et à des études de cas
  • Formation et webinaires réguliers

Tout cela aide bien sur à obtenir le meilleur rendement sur vos investissements. Mieux encore, ces bonnes pratiques peuvent vous aider à définir vos objectifs en ligne et élaborer les  stratégies pour y parvenir. C’est pourquoi je pense que 2014 sera toute une années avec Pour les PME!

 

P.S.: Si vous ne l’avez pas encore fait, il reste quelques jours pour participer à l‘étude 2013 sur les PME et le Web. Déjà, les réponses obtenues laissent entrevoir des résultats très intéressants. Ne passez pas à côté de cette occasion de mesurer votre performance!

 

Le tour du Web en 80 secondes

Le tour du Web en 80 secondes

Netvibes pour avoir toute l'information a portée de mainTellement d’informations et si peu de temps vous dites-vous parfois? Pire, vous êtes sûr de manquer des information cruciales parce que vous n’avez pas le temps de tout voir sur le Web? Nous allons voir quelques outils et techniques des plus utiles pour tout voir, sans s’y perdre.

Pour faire les tour rapidement et efficacement de toutes ses sources d’information, il devient très utile de mettre en place un système de veille. La puissance des outils de veille vient du fait qu’ils inversent littéralement de flot d’informations. Ce n’est plus vous qui devez fouiller l’information; c’est l’information qui vient vers vous en fonctions de différents filtres et critères critères.

Des outils comme Netvibes sont très utiles pour rassembler toutes les informations en un seul endroit (la version gratuite suffit amplement pour la plupart des cas). J’aime bien iGoogle, mais comme il sera discontinué en 2013 je vais migrer vers netvibes moi-même. Si vous puisez vos informations dans les réseaux sociaux, des outils comme Hootsuite ou SproutSocial (merci à Emmanuelle Arès pour la suggestion) deviennent incontournables.

 Trouver vos sources d’informations

Maintenant que vous avez un contenant, il vous faut du contenu! Voici quelques suggestions pour trouver des sources intarissables.

  • Flux RSS: La plupart des sites de nouvelles proposent un flux RSS qui donne accès à leurs contenus, via un widget dans netvibes par exemple. Dans la plupart des cas, vous avez plusieurs flux, classés par thématique ou par auteur
  • Alertes Google: Plutôt que toujours faire la même recherche sur Google, laissez-le vous dire si de nouvelles pages concordent avec cette requête. Bien qu’il puisse y avoir plusieurs jours entre la publication et la réception de l’alerte, ça demeure un outil puissant. Et devinez quoi? Vous pouvez recevoir ces résultats en flux RSS!
  • Listes Twitter: Si vous avez plusieurs centaines d’abonnements, vous savez déjà qu’il est parfois difficile de suivre tout ce qui se dit. Créer une liste qui ne contient que les comptes pertinent pour un domaine ou un centre d’intérêt vous permet de retrouver rapidement ce qui se dit sur ce sujet. Sur Twitter aussi, vous pouvez créer des alertes par mots-clés.
  • Page Facebook ou LinkedIn. Il y a de plus en plus d’entreprises et de blogueurs qui tiennent à jour leur “fan page”. Chaque mise à jour apparaît dans votre fil d’information personnel et permet là aussi de voir ce qui se passe. Trop d’informations ici aussi fait en sorte que vous pourriez ne pas voir ce qui est important, mais il est là aussi possible de rajouter cette information dans Hootsuite et y avoir accès selon ses besoins.
Voici un résumé en vidéo:
Et vous quels sont vos trucs et outils pour faire le tour du Web en 80 secondes?

 

 

Mon passage au SEO Camp de Montréal 2012

Mon passage au SEO Camp de Montréal 2012

Conférence SEO camp de montréal 2012

Le 18 mai dernier j’ai participé au SEO Camp de Montréal, à titre de participant mais aussi comme conférencier. Ce fût une journée des plus enrichissante, tant par la qualité des conférenciers, mais aussi pour les échanges de corridor.

Il a entre autre été quelque peu question de la pénalité à la sur-optimisation, la plupart des panelistes étant d’accord pour dire qu’un référencement bien fait n’a pas à craindre le penguin de Google. Marie-Nathalie Poirier a aussi fait une très intéressante présentation sur le SEO pour les applications; on l’oublie parfois, mais ces dernières se trouvent en compétition sur certains site comme iTunes plutôt que sur le web en entier. Michael Mire à aussi présenté son projet, Get Me Listed, qui nous a donné un aperçu sur le référencement local. Louis Durocher à quant à lui parlé de la réputation en ligne: si vous empêchez les gens les gens de vous dire ce qu’ils pensent, leur colère éclatera ailleurs!

Le conférencier vedette de la journée, Michael King, à terminé la journée en présentant son approche novatrice du “inbound marketing”, que j’ai traduit depuis quelques années ici par marketing d’attraction. Une des prochaines tendances sera à coup sûr la personnalisation de l’expérience utilisateur en fonction du visiteur, selon certains critères précis. Ceux qui croyaient que tout à été fait sur le web n’ont qu’à bien se tenir!

 

Dans mon cas, j’ai fait une petite présentation sur l’usage de Google plus que l’on fait à Voyages à Rabais, ce qui permet d’en faire ressortir les publications directement dans les résultats de recherche. Plusieurs questions ont été posées et les très nombreux commentaires que j’ai eu par la suite me laisse croire que les gens du web sont prêts à utiliser Google+, mais ils ne demandent qu’à se faire prouver qu’il y a une rentabilité à y être. Je crois personnellement que l’outil à un fort potentiel, bien qu’il lui manque encore quelques atouts, comme une API ouverte et disponible à tous les développeurs.

Voici ma présentation sur l’utilisation de Google plus chez Voyages à Rabais:

De plus, Myriam Kessiby et Lydie Padilla de NVI ont réalisées quelques entrevues en marge de la journée, dont celle-ci. Un grand merci!

Bref, une très belle journée consacrée au référencement internet. Les gens de W3Qc ont fait un excellent travail et je suis sûr que plusieurs ont aussi hâte que moi à l’édition 2013!

 

Tous les outils web ne sont pas pour vous

Tous les outils web ne sont pas pour vous

Chemins de conversions dans Google Analytics

Mon dernier billet sur la gestion en silo m’a mené à une petite réflexion sur la façon d’utiliser les outils du web en PME, particulièrement pour les petites entreprises où l’ensemble de la gestion et de la promotion est entre les mains d’une seule personne. Il existe des très nombreux outils web «gratuits» en terme de coût d’utilisation, mais qui demandent tout de même du temps, or le temps est une ressource limitée.

J’ai récemment eu quelques clients dans cette exacte situation. Les ressources manquent pour faire de la promotion; lorsque je leur demande quel type de client est recherché, la réponse se résume souvent à: “celui qui fera sonner le tirroir-caisse!”

Mais le web ne fonctionne pas ainsi. La segmentation et la connaissance du client recherché sont essentielles pour trouver les bons canaux et cette clientèle tant convoitée. C’est bien sûr le travail d’un expert en référencement web, un travail très valorisant dans ces circonstances! 🙂

Mais à discuter avec ces clients pour connaître un peu mieux ce qu’il font et ce qu’ils recherchent comme clientèle, je me rend parfois compte que de développer une forte présence web n’est peut-être pas la meilleure tactique à court terme. C’est là que le temps et la variété des expériences (bonnes et mauvaises) devient utile et oblige à regarder un peu plus loin pour proposer des solutions parfois moins “web 2.0”, mais davantage ciblées et rentables à court terme pour ce client. Voici deux exemples que j’ai croisé dernièrement:

Votre audience est très spécifique

Le bassin de vos clients cibles -ou personas- est de 500 personnes? Mieux encore, vous savez où trouver leurs coordonnées? Pourquoi leur demander l’effort de devoir aller sur une page Facebook ou de devoir vous trouver sur Google (et risquer d’en trouver un autre)? Dans un tel cas, une campagne d’infolettre, avec un premier envoi à froid pour leur proposer de recevoir vos conseils et nouvelles sera plus intéressante que toute les publicités sur le web. Le taux de réponse ne sera pas de 100%, mais ceux qui répondront positivement  vous seront très fidèles et vous offriront à moyen terme un taux de rendement très intéressant.

Vous ciblez une clientèle exclusive

Dans certains autres cas, le produit ou service offert s’adresse à une clientèle plus haut de gamme. Ceux-ci, plus que la moyenne, utiliseront le bouche à oreille pour faire leurs choix de consommation. Pas nécessairement sur Facebook, mais une recommandation personnelle d’un ami aura une grande valeur. Dans un tel cas, il est possible de mettre en place des outils pour inciter ce partage de découvertes. Par exemple, si vous avez déjà l’attention d’envoyer un courriel de remerciement, vous pourriez y ajouter une option «Recommander à un ami» pour inciter à partager l’excellent produit ou service reçu. Le succès sera à la mesure de votre taux de satisfaction.

Comme vous le voyer avec ces exemples, la dernière mode en vue sur le web n’est pas toujours ce dont vous avez besoin pour développer votre entreprise. Dans tous les cas, savoir où vous voulez mener votre entreprise et avec quels clients, demeure la première question à répondre.

 

L'importance de convertir vos visiteurs

À l’heure des médias sociaux, simplement y faire du bruit N’est pas suffisant pour réussir à y faire de bonnes affaires. L’une des erreurs les plus communes est de croire qu’il suffit de faire passer vos prospects du réseaux à la page d’accueil de votre site pour que la magie opère. Hélas, si vous vous êtes reconnus, j’ai le regret de devoir vous inscrire dans la catégories des «penseurs magiques»!

Voici donc 5 petits conseils pour vous aider à faire en sorte que vous efforts sur les réseaux sociaux donnent des résultats concrets.

1- N’essayez pas de parler à tout le monde en même temps

Le concept de persona est important aussi sur les réseaux sociaux. Bien que vous avez plusieurs types d’amis / prospects dans vos listes, lorsque vous vous adressez à eux dans un but de conversion, ciblez une personne, ou un groupe ayant des intérêt communs; ensuite dites-vous que ce n’est qu’à eux que vous parlez. Si vous réussissez une conversion par publication, ce sera très bien! Cela est particulièrement vrai pour les blogues. Chaque billet ne devrait s’adresser qu’à un persona à la fois.

2- Trouvez quelle sera la meilleure page pour ce que vous avez dit

Votre message à fait mouche et vous m’avez fait cliqué sur votre lien? Excellent! Ceci dit, tout ce que vous avez réussi, c’est à me faire passer la porte de votre entreprise sur le web. Est-ce que la page ou je suis répond à ce qui était annoncé? Est-ce que je trouve rapidement cette information? Est-ce que j’y trouve assez de nouvelles données pour satisfaire la curiosité créée par le message original?
Si Vous n’avez pas 3 fois oui comme réponse, quelque chose cloche. La solution peut parfois se trouver dans l’amélioration de la page, mais parfois aussi dans la création d’un page de destination -ou «landing page» qui serait dédié à une clientèle précise. Celle-ci n’a pas besoin d’apparaître dans vos menus, mais doit faire du sens selon la provenance de vos visiteurs.

3-Votre attente envers le visiteur doit être claire

Selon ce que vous faites, il peut s’agir de plusieurs chose: achat en ligne, demander un soumission, s’abonner à l’infolettre, etc. Encore une fois, ne surchargez pas les attentes. Il ne devrait pas avoir plus d’un «appel à l’action» par page.

4-Il vous faut mesurer à quel point vous êtes efficace

Bien sûr, vous avez déjà un outil analytique dans votre site (si non, vous devez rapidement contacter un professionnel!). Comme vous savez sur quelle page vos visiteurs sont arrivés, vous pourrez utiliser cette url comme page d’entrée pour mesurer sont efficacité. Voilà une autre raison pour ne pas les diriger vers la page d’accueil.

5-En comparant, vous trouverez votre mode de conversion

Dans ce genre d’analyse, les données absolues sont rarement très utiles. Ce qu’il l’est en revanche, c’est de pouvoir comparer plusieurs essais. Ici, les possibilités me manquent pas: heure de la journée, date, long texte ou petite description, grande photo ou aucune, composer plusieurs types de messages pour la même page de destination…. et plus encore.

C’est ici que la structure mise en place devient payante. En effet, vous n’apprendrez pas seulement ce qui fonctionne le mieux pour vous, mais aussi qui s’intéresse à vous, ce qui les fait pencher vers votre offre, ce qu’il ont envie de trouver sur votre site. C’est n’est plus seulement un analyse de vos messages que vous aurez en main, mais une véritable petite étude marketing de vos réseaux sociaux.

Bonnes conversions!