Quoly.com fait maintenant partie de Solocom.ca
La créativité: ni un art, ni un hasard

La créativité: ni un art, ni un hasard

Mitch joel en entrevue podcast avec Todd HenryUn titre de ce genre peut semble quelque peu bizarre dans un blogue destiné à la stratégie web, mais donnez-moi quelque ligne et vous y trouverez votre compte 🙂 Il m’arrive, pas aussi souvent que je le voudrais, d’écouter les podcasts de Mitch joel, l’auteur du livre Six pixels de séparation (lien commandité) qui traite de nombreux sujets liés aux réseaux sociaux, mais aussi dans un plus large mesure de marketing et des gestion.

Dans son dernier podcast que je traduirait par «devenir accidentelement créatif», il recevait Todd Henry, qui publiera sous peu un livre sur le sujet. En résumé, M. Henry cherche à briser le mythe voulant que l’imagination ne vient pas sur demande ( il faut quand même quelque efforts!) et donne plusieurs pistes pour arriver à intégrer cet aspect, essentiel à plusieurs professions, dans le processus d’entreprise.

 

 

The Accidental Creative: How To Be Brilliant at a Moment’s Notice from Accidental Creative on Vimeo.

 

Cela revient par moment à dire que l’on se doit de créer sa chance, ou que si l’ont souhaite rencontrer ces gens intéressant, il ne fait pas rester dans son salon avec un gros chandail en cotton ouatté!

Si vous souhaitez vous faire une meilleure idée de ce lire, Todd Henry a mis le premier chapitre sur son site au format PDF.

 

La webothèque devient Pour les PME

C’est maintenant officiel. Je laisse tomber le nom Webotheque.com et redirige toutes mes activités vers ce site flambant neuf! Pourquoi un tel changement? L’autre site tourne durant depuis bon moment et avait acquis une réputation, un PageRank de 3 et même une certaine valeur non?

Oui, mais plusieurs raisons motivent ce changement. En premier lieux: Les nombreux changements par rapport à la vocation initiale. Le nom reflétait «biliothèque du web». Je voulais à l’origine créer un répertoire des ressources du web pour les entreprises québecoises. Depuis, avec mes nombreuses et trop différentes occupations je n’ai pas eu le temps de mener ce projet comme je le voulais, et plusieurs répertoires sont apparus, de même de de très nombreuses veilles, sur Twitter entre autres. D’autre part, bien que toutes les ressources que je publie soient gratuites et en accès libre, le but de ce site est de me rapporter des contrats! En ce ce sens, PourlesPME.com me semble un nom plus indiqué, plus ciblé; il indique beaucoup plus clairement à qui je m’adresse (vous pourrez toujours me contredire dans les commentaires).

Ce que sera PourlesPME.com

Tout d’abord, ça ne sera jamais un projet définitif! Le web évolue tellement rapidement et dans de très nombreuses directions que je n’y fixe aucun cadre n’y aucune limite. Plusieurs diront qu’à vouloir s’adresser à tout le monde on finit par ne rejoindre personne, mais ce n’est pas dans ce sens que je le conçois ici. Une des expressions qui m’a le plus marqué dans le livre de Chris Anderson, La longue traîne (lien affilié), est «le sur-mesure de masse». Autrement dit, je ne me limiterai pas a un seul du web ou a un type de client dans l’ensemble, mais par contre chaque article sera optimisé. Un outil comme WordPress permettant de classer facilement en catégories, il vous sera facile de retrouver ces qui vous rejoint vraiment. Je présenterai aussi mes opinions, mes idée et mes découvertes davantage que je ne le faisais avant, un peu comme dans mon projet «le web show» mais de façon beaucoup plus régulière… Du moins je l’espère! Mais avec les nombreux changements survenus ces derniers temps, dont le fait que je ne travaille plus de nuit, je crois que c’est facilement réalisable.

De plus, je me défini comme un «généraliste du web», donc que je m’intéresse à toutes les facettes du web, ce qui qui inclus la mise en place d’un site, son référencement, la recherche de prospects et leur conversion en client, de même que l’analyse des données. Je viens de nommer de nombreuses spécialités bien distinctes, c’est vrai. Mais qu’en est-il d’une PME dont toute la gestion de la promotion et de la clientèle relève d’un seule personne? Et des travailleurs autonomes? Ces personnes sont dans une situation où elles sont seules pour gérer toutes ces facettes, et sans les ressources pour embaucher tous ces spécialistes de front, encore bien mieux le temps et les ressources pour bien les gérer et les coordonner. Si vous vous reconnaissez, c’est donc dire que je vais m’efforcer via ce site de me placer dans vos souliers, pour développer et identifier des pratiques d’affaires offrant un bon retour pour le peu de ressources engagées. J’offrirai  comme services du coaching et de l’accompagnement pour vous aider à bien défricher ce terrain souvent inconnu et trouver le meilleur angle d’attaque pour performer  rapidement. Bien sûr, des spécialiste sont parfois utiles! Je possède déjà un bon répertoire de spécialistes du web pour appuyer vos projets le cas échéant.

De plus, au cours de prochaines semaines, je mettrai en place un service de tableau de bord, sur un modèle de facturation mensuelle, pour aider les gestionnaire à bien gérer cette présence web et la faire évoluer.

Voilà ce que sera PourlesPME.com . Bienvenue à bord!

 

 

 

Mon passage à Station C, espace de co-working

Mon passage à Station C, espace de co-working

Hier, lors d’une passage à Montréal, j’en ai profiter pour passer quelques heures à la Station C, un espace de co-working pour les travailleurs autonomes.

Le co-working?

Le co-working, c’est la mise en commun d’espaces et de ressources. Louer un bureau complet lorsque l’on démarre peut représenter un défi impressionnant: engagement à long terme, contrat pour l’internet et le téléphone, achat de meubles, etc.

Un espace de co-working bien rempli Un espace de co-working (si vous avez une traduction, merci d’en faire part dans les commentaires) prend en charge la plupart de ces éléments. Dans celui que j’ai visité, on retrouve une vingtaine de bureaux côte à côte, des fauteuils plus que confortables, une imprimante commune et un réseau internet sans fil performant. Il s’y trouve aussi un coin salon, si vous souhaitez vous changer les idées ou simplement discuter. Des salles de conférences sont aussi disponibles pour des réunions plus officielles. Vous pouvez avoir votre espace réservé, ou louer un bureau de façon occasionnelle à un prix plus que raisonnable.

Le principal avantage que j’y ai trouvé à été de me retrouver dans un véritable espace de travail, plutôt que seul dans mon sous-sol… et les enfants qui courent par-dessus! Les gens y sont très accueillants, discutent entre eux et reçoivent leurs appels via leur cellulaires. Si vous êtes du genre casanier, ce n’est peut-être pas pour vous (quoi qu’à certains endroits la formule comprend aussi des bureaux fermés).

Bref, j’ai grandement apprécié mon passage, et j’avoue regretter qu’il n’y aie pas un tel endroit dans la région de Trois-Rivières. Peut-être un projet futur, qui sait…  des intéressés?

Pour connaître d’autre endroits de ce genre, je vous invite à consulter cet article du site agentsolo.com qui à récemment recensé ce qui existe.

Des cours de qualité, sans frais

Des cours de qualité, sans frais

C’est une tendance que l’on ne voit encore que très peu au Québec, mais plusieurs institutions réputées offrent maintenant des accès gratuits à certains cours. Bien sûr, vous n’aurez pas les crédits et encore moins le diplôme qui y est relié, mais si vous êtes un autodidacte en quête de savoir, vous y trouverez sûrement de très nombreuses ressources.

Le MIT offre 1900 cours en ligne

Le célèbre MIT offre une panoplie de cours via le portail Open Course Ware. Vous y trouverez les notes de plus de 1900 cours offerts par la célèbre institution.

La BBC rend disponible les cours créés pour ses journalistes

La BBC offre des cours en ligne qu’elle a développés à l’intention de ses journalistes. On y retrouve des techniques d’entrevue (au style BBC évidemment) mais aussi des cours plus techniques, par exemple sur l’édition audio et vidéo.

Le web social est un cours de la TELUQ

Du côté québécois, je peux vous mentionner ce futur cours cours de la TELUQ sur les réseaux sociaux dont on retrouve le site accessible au public. Reste à voir si les dirigeants de l’UQAM laisseront ce portail ouvert au public une fois le cours en route.

Si vous connaissez d’autres exemples de cours dignes de mention, n’hésitez pas à nous les partager dans les commentaires!

Tout est relatif

Tout est relatif

Je suis tombé sur ce site de l’université l’Utah dernièrement (via Twitter) et je dois dire que cette page me donne à réfléchir à chaque fois. Cette page illustre les proportions de différents items, d’un grain de café à un atome de carbone.

Proportion entre un grain de café et différents éléments

Avec un peu de zoom…

Nous n'avons souvent pas conscience  de tout ce dont nous sommes entourés

Si l’on applique ce tableau interactif à l’échelle d’une entreprise, il devient facile de voir combien de petits éléments peuvent intervenir, ne serait-ce que pour produire un grain de riz…

“Puncher” sur son ordinateur

“Puncher” sur son ordinateur

Si vous êtes comme moi, il vous arrive sans doute de perdre parfois la nation du temps devant un projet qui capte toutes vos attentions devant votre ordinateur. Il peut donc devenir embêtant à la fin de projet de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines, de connaître le temps et les sommes investies dans un projet précis. Cela devient embêtant lorsque vient le temps d’évaluer la rentabilité, encore pire pour facturer équitablement un client.

Le logiciel  Ora time and expense permet de compter les temps passer sur un projet Je vous parle donc ce matin d’un petite application: Ora time and expense. Il s’agit d’un petit logiciel, fonctionnant sur la plateforme Adobe AIR. Ses fonctions sont assez limitées, mais sont très simple d’utilisation pour les fonctions de base.

Ce que permet Ora, c’est simplement de marquer le temps (ou “puncher”) le temps passé sur un projet. Il suffit de créer un client, un projet pour ce client, et de démarrer le compteur. Ensuite on l’oublie jusqu’à la fin du travail, et on appuie sur stop. À la fin d’un projet, il est donc facile de connaître exactement le temps passé surIl suffit de démarrer le compteur et on laisse aller. un projet en particulier. Le logiciel offre aussi la possibilité d’enregistrer les dépenses liées à ce projet. Un option permet même d’utiliser sa webcam pour photographier ses factures, ce que je trouve personnellement un peu inutile.

À la fin du projet vous pourrez générer un rapport complet et clair de toutes vos activités. Bien que ce soit loin d’un logiciel de comptabilité ou d’un CRM, cette application permet cependant à un travailleur autonome de faire un suivi rapide de son temps, et ce, sans effort.

Il est possible de paramétrer les différentes options de sortie.

Pour:

  • Très simple à utiliser
  • continu à fonctionner lorsque l’on ferme l’application
  • Permets de créer des rapports facilement, pour le dernier mois, ou selon les dates voulues
  • Permet d’exporter au format HTML ou dans un tableur (Il faut cependant farfouiller un peu pour importer correctement)

Contre:

  • En anglais uniquement
  • Ne permet pas d’exporter directement en PDF
  • Il ne demeure pas d’icone dans la barre de raccourcis au bas de l’écran (comme Seesmic par exemple). Il faut donc rouvrir complètement l’application à chaque fois.