Que nous réserve le marketing Web en 2017?

Que nous réserve le marketing Web en 2017?

À chaque début d’année et dans tous les domaines, les entreprises tentent de prévoir les tendances à venir. Bien sûr, il faut toujours en prendre et en laisser, mais c’est un exercice intéressant et utile à faire. Le marketing Web est toujours en pleine mutation et c’est pourquoi il est important de se tenir à jour et de creuser un peu plus loin dans sa recherche pour ses clients. Voici donc ce que réserve, selon nous, le marketing Web pour l’année 2017.

La vidéo

Cela fait déjà plusieurs années que l’on nous parle de l’importance de ce médium, mais en 2017 il est temps de s’y lancer vraiment. On voit une forte tendance vers la vidéo mais plus particulièrement celle diffusée en direct. En 2016, nous avons constaté l’explosion de ce type de contenu, que ce soit sur Facebook ou plus récemment sur Instagram et YouTube. Le consommateur aime interagir et c’est justement ce que permet la vidéo en direct. Elle devient sociale.

Les entreprises – en particulier dans le commerce de détail – devront donc tenter d’être originales et intéresser les consommateurs à leur marque. Un bon moyen peut être d’intégrer une vidéo dans leurs infolettres par exemple. Ils peuvent également faire une démo en direct d’un nouveau produit afin de demander l’avis des futurs acheteurs. Ils doivent mettre en contexte ce qu’ils ont à offrir.

Automatisation et contenus livrés à la demande

L’internaute ne vous donne que très peu de temps pour l’intéresser au contenu que vous lui livrez. Il est bombardé par toutes sortes d’offres et de promotions. C’est pourquoi il est impératif d’adapter et de personnaliser le message que vous tentez de lui passer. Quand on pense à l’automatisation, l’infolettre nous vient bien sûr en tête. Vous avez sûrement déjà reçu des courriels en lien avec les pages consultées sur tel ou tel site. Si vous êtes un consommateur de Amazon par exemple, vous savez de quoi je parle. Le remarketing est également un excellent moyen de pousser le bon visuel au bon moment s’il est bien utilisé.

Vous verrez aussi apparaître de plus en plus des demandes de sites Web pour leur permettre de vous envoyer des “notifications push”. Ce sont des petits messages en bas d’écran qui sont utilisés par des applications pour vous prévenir qu’un courriel vient d’arriver dans votre boîte de réception par exemple. Maintenant, il est possible d’utiliser ce même type de message pour vous faire part d’un promotion sur le produit que vous êtes en train de regarder. Ça peut sembler intrusif, mais tout est question de contexte.

Mais ça ne se limite pas qu’à ça. L’automatisation peut être appliquée de façon beaucoup plus large. On voit apparaître de plus en plus des robots. Oui, des robots. Ceux-ci ont pour mission de répondre automatiquement aux consommateurs à des questions posées de manière fréquente (clavardage et courriel). C’est un bon moyen de faire épargner du temps et de l’argent pour l’entreprise qui reçoit un nombre important de ce type de requêtes.

Optimisation pour les appareils mobiles: “Mobile First”

Ce n’est pas nouveau que l’on parle de l’importance d’adapter son site Web et sa stratégie marketing en fonction des appareils mobiles. Mais 2017 sera l’année pivot et vous devez vous y préparer afin de solidifier votre présence forte en ligne. En effet, Google a annoncé l’automne dernier qu’il aura bientôt 2 répertoires distincts pour les mobiles et “les autres”. Autrement dit, si votre site Web ne donne pas une bonne expérience sur un appareil mobile (que vous pouvez vérifier par exemple avec un taux de rebond plus élevé), vous êtes plus que jamais à risque.

Nous avons même pu voir quelques cas dans les derniers mois où Google lui-même avertissait le propriétaire d’un site Web que celui-ci ne répondait plus aux nouvelles normes (via la console de recherche). C’est là un signal sérieux selon nous, qui pourrait pénaliser grandement votre entreprise si vous n’en tenez pas compte dès aujourd’hui.

Les gestionnaires veulent comprendre rapidement les données

Comme un nombre croissant d’entreprises se tournent vers le marketing en ligne et délaissent de plus en plus certains médias traditionnels, ils veulent des indicateurs de performance (KPI) clairs et faciles à comprendre. C’est d’ailleurs un des nombreux avantages de la publicité Web, elle est mesurable efficacement. Mais, il ne suffit pas de récolter les données, il faut maintenant que le propriétaire ou le gestionnaire soit capable en quelques minutes de voir les résultats de ses investissements. Cela peut sembler évident, mais on voit vraiment une tendance en ce sens étant donné que le budget publicitaire réservé au Web est le double ou même le triple que par les années passées.

Nous espérons que ce billet vous aura aidé à réfléchir vers où vous voulez aller en 2017.

Il ne nous reste qu’à vous souhaiter une excellente année. Bonheur, amour, succès mais surtout de la santé!

L'entrepreneuriat et les jeunes? Amenez-en!

L'entrepreneuriat et les jeunes? Amenez-en!

Au cours des dernières semaines, j’ai eu la chance de participer à plusieurs rencontres qui mettaient en relation les jeunes (même les plus vieux étaient jeunes de coeur par leur audace et leur vivacité!) et l’entrepreneuriat. Il y a une certaine effervescence autour de ce thème et les jeunes que j’ai rencontrés en redemandent!

Les startups week-end: créer sous pression

Suite à l’invitation de Darcie Rivest, une ancienne collègue maintenant étudiante à l’université de Sherbrooke et qui s’est impliquée dans ce projet, j’ai pu voir l’évolution et les présentations au Startup Week-End de Sherbrooke. Le principe est fort simple: des gens de tous horizons se rencontrent un vendredi soir, avec ou sans une idée de projet ou d’entreprise. Ceux qui le souhaitent ont quelques minutes pour “pitcher” leur vision et des équipes se forment autour des idées les plus rassembleuses. L’objectif? Avoir un produit complet à présenter à des investisseurs 54 heures plus tard.

Impossible vous pensez? Bien au contraire, le “presto” généré par cette échéance fait en sorte que les idées fusent de toute part et leur mise en application très rapide, certains ont passé 2 nuits blanches, c’est pour dire. Bien sûr, il y a en même temps de l’accompagnement, des étapes de parcours, de coachs et de mentors. Honnêtement, j’ai vraiment été impressionné par l’avancement et la maturité des projets développés en si peu de temps. À noter qu’il y a maintenant plusieurs rencontres de ce type chaque année, un peu partout en province et ailleurs dans le monde.

Les clubs d’entrepreneuriat étudiants

congrès annuel de l'aceeConnaissez-vous les clubs d’entrepreneurs étudiants? L’Acee regroupe plus de 54 groupes à travers les Cégeps et collèges du Québec, qui sont dédiés à guider et inspirer les étudiants à développer un projet d’affaires. La semaine dernière avait lieu leur congrès annuel à Drummondville. Les vedettes de la fin de semaine? Serge Beauchemin et Jean-Marc Chaput, rien de moins! Le repas du samedi soir en étais un d’entrepreneurs tournants. La responsable du volet entrepreneurial au Cégep de Trois-Rivières et de Vision C3R, Stéphanie Blais, qui a d’ailleurs remporté un prix pour son implication, m’avait invitée à prendre part à la soirée en compagnie d’autres entrepreneurs et mentors d’expérience. Le but était de partager nos expériences avec les participants et de répondre à leurs questions. Des jeunes très allumés, avec des nombreuses questions et pour plusieurs, avec un projet précis en tête. Je suis convaincu que plusieurs d’entre eux feront bientôt les manchettes!

Semer la passion d’entreprendre

Denis en conférence sur l'entrepreneuriat jeunessePuis hier soir c’est avec le groupe Linked-Mauricie que ça se passait. Le conférencier invité était Denis Morin, bien connu à Shawinigan pour ses nombreuses implications dans les milieux d’affaires et scolaire.

Ce dernier à fait la démonstration, chiffres à l’appui, que plus les jeunes (dès le primaire!) étaient exposés à la possibilité qu’eux aussi pussent aspirer à créer leur entreprise (quand on sait qu’on peut, on veut), plus le taux de personnes en entreprise devenait élevé par la suite. Cela peut s’articuler de plusieurs façons, sans que ça devienne obligatoirement un surplus de travail. Un exemple tout simple: Pourquoi ne pas avoir des lectures en français sur des exemples de succès en région plutôt que des héros de bandes dessinées? Plus un jeune s’identifie à un exemple, plus il pourra s’en inspirer par la suite.

 

Comme vous le voyez, ce ne sont pas les projets qui manquent! La première étape selon moi, c’est de se permettre d’y rêver!

Que réserve le Google 2013?

Que réserve le Google 2013?

 

Google en 2013Avec le début de la nouvelle année viennent souvent les résolutions… et les prédictions! Je me risque donc, un peu tardivement j’avoue, avec 4 tendances qui je crois vont se révéler chez Google au cours des 12 prochains mois dans les domaines du marketing Web et du référencement.

1. Google + sortira de l’ombre “geek”

Usage des médias sociaux dont Google+Frédéric Therrien l’illustre parfaitement avec cette image digne d’Homer Simpson! Chaque média social possède une particularité ou s’adresse à une clientèle ciblée (LinkedIn pour les professionnels et le recrutement par exemple). Bien qu’il y ait du maraudage et que ces sites soient tous un peu en compétition, chacun possède son noyau dur de fidèles. Certains comme Instagram ont connu une croissance rapide et un gain de valeur inespéré, alors que d’autres comme Quora semblent toujours chercher leur véritable voie.

Ce qui distingue Google+, c’est bien sûr la puissante machine qui le supporte. Bien qu’ayant des qualités indéniables, ce réseau pour le moment est surtout utilisé par les professionnels du Web. Par contre, contrairement à l’expérience précédente de Google Wave, cette fois le géant de Mountain View met tout sont poids dans ce nouveau réseau.

L’ancien Google adresses doit maintenant être lié à un compte G+ local avant toute nouvelle mise à jour. Pour certaines marques -dont Voyages à Rabais– la page de profil apparait directement dans les résultats de recherche. De plus, il faut tenir compte qu’en 2013 l’authorship, qui permet d’avoir sa photo et son profil associé à ses écrits, gagnera rapidement en popularité.

2. La multiplication des sources de valeur seo

Le référencement Web de qualité sera selon moi dans la prochaine année beaucoup plus que simplement trouver des liens. Plusieurs centaines des critères sont pris en compte pour établir la valeur d’une page selon chaque mot-clé. Matt Cutts répète sans cesse que les liens et tout ce qui entoure votre contenu se doit d’être naturel. Autrement dit que ce lien a été obtenu seulement parce l’auteur de la page ou du site le voulait, sans aucune demande, indication ou échange.

Il y a quand même quelques zones grises. Par exemple, la rédaction d’un billet sur un autre blogue est encouragée, mais à condition que l’article proposé soit de qualité et pas seulement du remplissage. Comment peuvent-ils le mesurer? Entre autres par certains ratios entre les différents liens, les mots-clés utilisés, les mentions sociales, etc.

Évidemment, je n’ai pas les ingrédients de la recette. Un site qui se concentre trop dans un secteur sera à moyen terme pénalisé, car les ratios, par rapport à la majorité des autres sites du même secteur, seront trop différents pour être “naturels”. L’époque de la stratégie unique pour tous les sites est bel et bien révolue; place maintenant à personnalisation pour chacun.

3. L’utilisation du Web sémantique prendra un véritable envol

Je vous ai parlé de l’authorship un peu plus haut. Les résultats uniques tels qu’on les connait vont lentement devenir de plus en plus rares. L’objectif avoué de Google est de vous apporter l’information que vous recherchez, davantage que le site qui à cette information. Le nombre d’étoiles pour les hôtels (dans certains cas le prix), les définitions, horaires de cinéma, de vols, etc. sont quelques exemples où l’information est disponible directement sur le moteur de recherche, sans avoir à se déplacer sur le site qui possède l’information… à moins de vouloir creuser la question. C’est donc dire que chaque clic aura plus de valeur puisque le visiteur aura déjà fait un premier tri dans ce qu’il recherche.

Il va donc sans dire qu’apparaitre dans ces résultats à valeur ajoutée deviendra très utile, parfois même essentiel. Dans plusieurs cas, la mise à jour et le respect des normes contenues dans le site schema.org sera donc essentiel.

Dans un autre ordre, la personnalisation des résultats selon ce que VOUS recherchez sera de plus en plus évidente. Selon ce que vous avez cliqué dans le passé, les résultats seront différents pour vous et votre voisin. Si en plus vous êtes actif sur G+, ce que vos relations cliquent et recommandent pourra aussi avoir une influence sur ce qui apparaitra sur votre écran. Avoir une réputation en ligne sans tâche, des liens de qualité, du contenu intéressant (lire qui génère un taux de rebond faible) seront des mesures à considérer avec encore plus de soins.

Pour les autres, vous pouvez utiliser duckduckgo.com

4. L’analyse des données à toutes les sauces

Universal Analytics s'en vientCe n’est pas un secret, rares sont maintenant les gens qui utilisent le Web avec un seul ordinateur, pour la plupart, c’est maintenant sur 3 ou 4 appareils que l’on navigue (maison, bureau, tablette, téléphone). Lorsque vient le temps d’analyser la performance de son site, cette multiplication des sources pour un même utilisateur rend la tâche bien plus complexe. Google a annoncé l’automne dernier Universal analytics. Le grand changement viendra du fait que les visiteurs uniques ne seront plus seulement mesurés en fonction d’un cookie placé sur chaque machine, mais aussi avec un identifiant lié à l’adresse Gmail pour savoir si vous êtes déjà passé avec un autre appareil. Bien que d’autres solutions analytiques soient beaucoup plus performantes, la présence et l’usage d’un compte Google à de très multiples niveaux (G+ par exemple) donnera un avantage unique à cet outil dans la compréhension des comportements.

Le stratège Web, plus utile que jamais!

Selon moi, le travail du stratège Web deviendra plus complexe encore et les sources pour augmenter la notoriété et la performance d’un site, quel qu’il soit seront plus vastes que jamais. Le vrai défi consistera donc, dans plusieurs cas, à trouver le bon grain et travailler autrement qu’au “pif-o-mètre” ou selon la mode du moment.

Moins de résultats sur la première page de Google?

Moins de résultats sur la première page de Google?

 

Depuis quelque jours, mardi en fait, je remarque des changements dans les résultats de recherche pour les marques, celles qui ont des «sitelinks».

Moins de résultats de recherche sur la première page de Google

Comme on le voit ici avec l’exemple de l’agence Voyages à Rabais,  il n’y a plus les traditionnels 10 liens, comme j’ai toujours observé depuis des années. Il n’y en a plus que sept, comme si les trois autres étaient dorénavant remplacés par les liens de site sous le premier résultat. Avant, il y avait quand même dix sites au total, donc treize lignes de haut.

Pourquoi un tel changement? Difficile à dire… Même si la grande majorité du temps on ne s’en aperçoit pas, Google procède continuellement à des tests sur ses pages. Il s’agit peut-être ici d’un test qui ne durera que quelques jours ou quelques semaines, ou qui au contraire restera en permanence si l’expérience s’avère concluante.

Si je devais y placer mes deux cents, je dirais que le but est de standardiser la hauteur des pages de résultats, avec ou sans ces liens de site. Cela fait du sens si le but est d’augmenter le taux de clics sur les publicité en bas de page, puisqu’il faut maintenant moins de «scroll» pour y arriver.

Rien ne se fait pour rien chez Google!

Et vous, votre théorie?

La fin de la gestion en silo

La fin de la gestion en silo

La semaine dernière j’assistais au Rendez-vous web à Montréal en compagnie de David Grégoire, où il a été question de l’avenir du web et des technologies émergentes.

Un des points que j’ai particulièrement retenu, c’est qu’on semble vraiment entrer  dans la tendance ou la gestion en silo sera de plus en plus abandonnée, au profit d’une gestion plus globale, mais surtout intégrée.

La gestion en silo?

Clay Shirky faisait la conférence de clôture au RDV web

Clay Shirky faisait la conférence de clôture au RDV web

Lorsqu’on parle de gestion en silo, que ce soit en marketing internet ou en gestion plus générale, on fait référence aux créneaux et à la spécialisation. Par exemple, les responsables de la publicité télé, ceux qui gèrent le site web et les vendeurs en contact direct avec les clients ne se parlent que devant la machine à café. C’est donc dire que chacun fait son travail avec les informations qui arrivent en amont et en aval de son secteur (le silo) mais sans s’occuper de ce qui se passe à côté, ou en parallèle.

Cette façon de faire a son utilité en grande entreprise, ou en marketing “traditionnel” car il faut être en mesure d’isoler certaines variables pour bien mesurer ses propres actions. Mais à l’ère du web, des outils d’analyse et des conversions  “multi-canaux” c’est autre chose. La spécialisation à toujours sa place, je dirais même qu’elle est plus que jamais essentielle pour bien comprendre l’information, mais la communication de cette information l’est davantage. Ce qui compte maintenant, c’est de bien comprendre l’internaute, ce qu’il recherche et ses opinions, ce qui inclus ses critiques.

Les outils existent (analytique, suivi de campagne, code QR, “call-tracking” système de gestion de la clientèle – CRM, etc.), mais avant tout, il faut se rendre compte de l’évolution des habitudes des nos clients et adapter la culture d’entreprise en conséquence. Si l’information ne circule pas aussi vite que vos internautes de clients, vous pourriez bien rater leur prochain virage…