Webinaire sur la roue du marketing Web le 20 août

Webinaire sur la roue du marketing Web le 20 août

Mercredi le 20 août à compter de 13 heures, je vous propose d’assister en direct à ce webinaire sur la roue du marketing Web. Cet outil, mis en ligne il y a quelques semaines, vous permet d’identifier tous les éléments à utiliser dans vos stratégies de marketing digital. En ayant un portrait d’ensemble et des objectifs mesurables, les efforts et les sommes que vous investirez en ligne seront utilisées de manière optimale.

La roue du marketing Web est un outil puissant qui peut aider les entreprises de toutes tailles à créer une stratégie globale en ligne sans se ruiner. Lors de ce webinaire, vous apprendrez comment l’utiliser et comment identifier les aspects qui conviennent à votre entreprise.

Où assister au webinaire?

Vous pourrez y assister ici-même sur cette page (la fenêtre ci-dessous s’activera mercredi prochain), ou bien sur la page Google Hangout dédiée à ce webinaire. Si vous ne pouvez y assister en direct, vous pourrez revoir l’enregistrement en tout temps ici même.
Mise-à-jour: Le webinaire est terminé, mais l’enregistrement et la présentation sont disponibles ci-bas!

La présentation est d’environ 50 minutes.

[slideshare id=38184739&doc=larouedumarketingweb-140820131433-phpapp02]

Les sujet abordés:

  • Pourquoi un tel outil
  • Comment identifier le potentiel en ligne
  • Mettre en place une stratégie de base
  • Identifier les bons outils
  • Établir une mesure de la performance
  • Évaluer de façon continuelle

Vous avez des questions ou sujet que vous aimeriez aborder? Ajoutez-les dans les commentaire ci-bas et nous y répondrons en direct!

Qu'est-ce que du contenu de qualité?

Qu'est-ce que du contenu de qualité?

Bien identifier du contenu de qualitéLes blogues et les réseaux sociaux sont des expressions à la mode sur le Web. Tel un eldorado, ce sont maintenant les outils de prédilection pour se faire connaître et obtenir des nouveaux clients. Que ce soit par le biais d’outils ou de concepts comme marketing de contenu ou d’attraction, la curation ou la veille d’information, toutes ces méthodes reposent obligatoirement sur une solide base de contenu de qualité.

Mais de quoi parle-t-on au juste? C’est facile dire qu’il faut avoir du contenu de qualité, mais cela prend du temps. Cela dit, l’expression consacrée “C’est en forgeant qu’on devient forgeron” s’applique une fois de plus. Faire de la rédaction Web de qualité (j’ose croire que ce blogue en contient quelques pages!) demande du temps et des recherches. Mais il est aussi possible d’utiliser ce qui existe déjà, sans copier bien sûr! Voici des pistes d’inspiration pour créer du contenu à la fois original et recherché.

Répondre à la bonne question

Un blogue est rentable lorsqu’il attire des lecteurs qui ont le potentiel de devenir client. S’il s’agit de prouver vos connaissances et vos compétences, prendre une question qui vous revient souvent et en faire une réponse complète intéressera sûrement ces mêmes gens. Mieux encore: La prochaine fois que cette même question vous sera posée, vous pouvez vous autociter et référer à votre blogue pour obtenir une réponse plus complète. Pratique non? Si vous vendez des produits, en ligne ou à votre commerce, alors vous pouvez également raconter l’histoire d’un fournisseur, faire des entrevues avec un employé qui occupe un poste clé, raconter une anecdote qui à menée à une nouvelle idée originale, etc.

Si votre blogue ne sert qu’à vendre, personne ne s’y intéressera longtemps. S’il devient un source de réponses, de vécu et d’histoires, alors votre auditoire risque d’être beaucoup plus fidèle et régulier.

Faire du chemin sur le contenu des autres

C’est parfait pour les blogues, mais qu’en est-il de Twitter en 140 caractères, ou bien Facebook LinkedIn et Google plus, dont les mesures sont en termes de “j’aime” et de “+1”? C’est là qu’entrent en jeu vos manières et la valeur ajoutée que vous pouvez donner à vos communications. Ne vous y méprenez pas, cela peu devenir un outil très puissant, mais il faut prendre le temps de bien le faire.

Sans vous en rendre compte, si vous êtes actifs ne serait-ce que depuis quelques mois sur les réseaux sociaux, vous savez déjà qui propage du contenu de qualité, peut-être sans vous en rendre compte. Est-ce que les pages Web citées sont intéressantes? Est-ce que vous y trouvez de l’information nouvelle ou seulement une copie de ce que vous avez déjà lu la semaine passée? Est-ce que le message annonce ce qu’il y a vraiment dans le billet? Juste à lire ces questions, vous avez probablement quelques noms en têtes. Plus vous le remarquerez, plus vous accorderez de la valeur, donc du temps, à ceux qui vous font le moins perdre le vôtre.

Mais comment vous donner une valeur supplémentaire avec ce contenu qui n’est pas le vôtre? Tout simplement en ajoutant votre touche lorsque vous le publiez. En posant la question à laquelle vous avez trouvé réponse, en donnant rapidement votre avis, ou encore en émettant un commentaire qui poussera plus loin la réflexion lors de la lecture de la page Web que vous vous apprêtez à suggérer.

Montrez votre valeur… en ne faisant rien!

Avec ces brides de petits commentaires, vous contribuerez rapidement à créer une réputation… à condition de ne pas partager tout et n’importe quoi! Car malgré la justesse de vos propos, si la page ne remplit pas ses promesses, elle nuira à votre réputation même si vous n’en êtes pas l’auteur puisque c’est la confiance en votre jugement qui m’aura mené à elle.

Comme vous le voyez, créer du contenu qualité est simple dans la mise en place, mais complexe dans l’exécution. Selon moi, il suffit d’y aller à petite dose pour commencer tout en portant une grande attention aux commentaires que vous recevrez. Plus votre auditoire vous trouvera pertinent, plus vous serez repris à votre tour dans leurs commentaires… et ainsi tourne la roue!

Le moment zéro de la décision d'achat

Le moment zéro de la décision d'achat

 

Une partie importante du travail en marketing est d’analyser le comportement des consommateurs et ce qui influe sur la décision d’achat. Il en va de même pour le marketing web, d’autant que les outils d’analytique permettent de creuser et d’analyser précisément leur comportement des différents groupe, ou persona,  qui visitent notre site web ou nos présences sur le réseaux sociaux.

Depuis quelques années les réseaux sociaux et les multiples applications mobiles ont modifiés notre façon d’utiliser internet, en particulier les commentaires et les interactions avec les autres. Cela influence bien sûr aussi notre comportement en tant que consommateur. C’est pourquoi on parle de plus en plus de marketing d’attraction (ou inbound marketing), qui consiste à faire en sorte d’être présent au moment où un prospect cherche notre produit plutôt que de pousser sa publicité à un large auditoire pour atteindre un pourcentage de clients cibles.

Le moment zéro de la décision d'achat

C’est dans cet esprit qu’il y a quelques semaines, Google à lancé le site www.zeromomentoftruth.com/ ou moment zéro de vérité. Il s’agit de cet instant, pas magique, mais où se produit l’étincelle qui vous fera pencher vers un produit ou service plutôt qu’un autre.

La lecture des commentaires, les “like” ou “retweet”, les “check-in” sont autant d’instants, de moins d’un seconde souvent, qui marquent un point dans votre esprit et qui pourraient avoir une importance déterminante au moment de choisir un restaurant ou une nouvelle télé. Plus encore: vous-même ferez une action dans ce même restaurant qui pourrait devenir le moment zéro d’un de vos contacts!

D’un point de vue marketing, il devient donc vital de comprendre ces nouveaux comportements et de s’adapter. Par exemple:

  • Au service téléphonique, il faudra de plus en plus conforter le client dans le choix qu’il a déjà fait plutôt que simplement lui vanter votre produit, car s’il prend la peine de vous appeler c’est qu’il est sans doute rendu plus loin dans son processus d’achat qu’il y a seulement 2 ans.
  • Si vous devez gérer un commentaire négatif sur une page Facebook, vous ne parlez pas seulement qu’au plaignant, mais à tous ses amis. Même si “l’instigateur” n’est pas satisfait de votre réponse, certains autres lecteurs pourraient trouver vos réponses et vos efforts plus que satisfaisants et ainsi développer une confiance envers votre marque.
  • Prendre les devant et demander l’avis de vos consommateurs est de plus en plus un preuve d’intérêt qui sera récompensée tôt ou tard.

Bref, bien comprendre votre auditoire, comment ils agissent et interagissent devient de plus en plus essentiel. Ce n’est plus une bataille pour gagner un nouveau client, mais un environnement où chaque instant devient une occasion -déclenchée, offerte ou manquée- de créer cette étincelle qui sera plus tard le déclencheur d’un achat.

 

Ma gestion des réseaux sociaux

Ma gestion des réseaux sociaux

Je ne me considère pas comme un spécialiste des réseaux sociaux. Je les utilise comme un partie intégrante de mes projets de marketing internet, car de plus en plus ceux-ci ont leur importance, y compris en référencement naturel. Je m’en sers donc tous les jours tout en me tenant informé de ce qui se passe et des tendances.

Qu’est-ce qu’un spécialiste en gestion des médias sociaux? C’est quelqu’un qui saura analyser vos objectifs d’affaires sur les différents sites, mettre en place un politique de rédaction, un calendrier de publication et qui finalement, sera en mesure d’adapter le discours de l’entreprise en fonction des commentaires et de l’évolution des mesures clés. Comme vous le voyez, c’est beaucoup plus que simplement publier et retransmettre tout ce qui nous tombe sous la main.

Cela dit, il y a une différence entre la gestion et l’animation d’une communauté. Bien que ces deux rôles soient souvent combinés, la publication et les réponses aux commentaires relèvent de l’animateur; l’évaluation du retour sur l’investissement en argent et de temps, de la gestion des médias sociaux. Pour ce faire par contre, l’utilisation d’outils de mesure comme Google Analytics, qui sont de plus en plus performants pour filtrer adéquatement les visiteurs qui interagissent avec nous via les médias sociaux.

En ce sens, voici donc quelques-uns des outils que j’utilise sur une base régulière afin d’être le plus efficace possible.

Hootsuite

Tableau de gestion des médias sociauxJ’ai testé plusieurs outils de centralisation des canaux sociaux. Depuis plus d’un an maintenant j’utilise une version pro de Hootsuite, pour 3 raisons:

  1. Premièrement, cet outil me permet de centraliser presque tous les comptes que je gère sur un même écran (près de 15 comptes distincts).
  2. Ensuite parce qu’il permet de programmer des publications. Prenez pour exemple le billet que vous êtes en train de lire. La plupart du temps je vais l’annoncer 3 fois sur Twitter à différentes périodes. Je peux donc planifier toutes ces publications d’un coup plutôt que devoir y penser les 3 fois. À 7$ par mois, l’outil demeure peu dispendieux pour ce qu’il permet comparé à d’autres outils.
  3. Finalement parce qu’il est possible d’y créer des filtres de recherche permanents, ce qui est très utile pour suivre ce qui se passe sur les mots-clés choisis. Il est même possible de filtrer en fonction de la provenance des tweets, pour ne pas voir par exemple tout ce qui vient de l’Europe si on ne souhaite que ce qui se passe de ce côté-ci de l’océan.

iGoogle

Un peu comme netvibes il y a déjà plus de 10 ans, la page iGoogle permet de centraliser plusieurs informations sur une même page. J’utilise la version Google, car je peux y intégrer plusieurs outils comme Reader, des alertes web et les tendances de recherche. Ce dernier outil est particulièrement utile si vous êtes dans un marché saisonnier: vous êtes en mesure de voir venir la tendance pour un mot-clé particulier en fonction de l’année précédente, ce qui permet d’adapter vos publications juste au moment où vos prospects vont rechercher ce terme.

Et vous? Quels sont vos outils préférés pour la gestion des médias sociaux?

Test de publication Facebook (et vidéo)

Test de publication Facebook (et vidéo)

Il est important d'ajuster la confidentialité selon ce qu'on souhaite sur Facebook

La question de la confidentialité sur les réseaux sociaux refait souvent surface dans les discussions. Malgré tout ce qu’on peut dire, penser ou débattre sur ces questions, il reste cependant un point crucial selon moi: Dans l’IMMENSE majorité des cas, les informations ou images ont à l’origine étés publiées de façon libre et consentante.

L’usage futur ne réflète pas toujours ce fait; c’est don pourquoi il faut y songer dès que l’on publie quoi que ce soit sur le web. C’est pourquoi Je vous propose un petit questionnaire. Si vous répondez oui à toutes ces questions, il y a alors peu de risque à publier. Dans le cas contraire, à vous d’évaluer les risques, et d’agir en conséquence.

Donc, avant de publier sur Facebook, ou tout autres réseau social:

Posez-vous les questions suivantes:

  • Est-ce que je voudrais que mes parents voient ça?
  • Est-ce que je voudrais que mes enfants voient ça (même s’ils n’ont que 2 ans, quand ils auront l’âge, vous compterez parmi les premiers profils visités) ?
  • Est-ce mon patron peut voir ça?
  • Est-ce mes employés peuvent voir ça?
  • Est-ce que ça me dérangera dans 10 ans d’en entendre à nouveau parler (“Hey te souviens-tu quand tu as eu un lendemain de brosse à côté de la toilette? Ben oui je viens de revoir la photo par hasard, ahahahah!!”)?
  • S’il y a d’autres personnes d’identifiées, avez-vous leur consentement ou pensez-vous qu’elle seront d’accord pour être identifiées avec vous?
  • Dans le doute, vous pouvez juste repasser les questions précédentes pour valider.

Même si vous répondez oui à toutes ces questions, ça ne veut pas dire que vous voulez que vos images et vos noms circulent partout. Bien que ces paramètres soient souvent laissés par défaut, il ne suffit que de quelques minutes pour ajuster les paramètres dans Facebook selon ce que vous souhaitez. Voici un petit vidéo sur la question:

À votre tour! Quels-sont vos trucs pour vous assurez que ce que vous publiez sur les réseaux sociaux demeurent dans les limites de ce que vous souhaitez?
 

Amener ses prospects à devenir client (4e partie de «Êtes-vous rentable sur le web»)

Amener ses prospects à devenir client (4e partie de «Êtes-vous rentable sur le web»)

Un contact personnalisé avec vos clientsLors de cette quatrième et dernière partie de «êtes-vous rentables sur le web», je vais tenir pour acquis que quelques prospects intéressants vous aient déjà contacté, peu importe que ce soit par le web, le téléphone ou d’autres références.

À ce moment-ci, l’important est de savoir passer d’une communication de groupe, ou de communauté, à un entretien privé, même si cela se passe entièrement en messages directs sur Twitter. Vous n’êtes plus le visage officiel de l’entreprise, mais le contact qui peut ouvrir toutes les portes.

Soyez professionnel et généreux, mais sans tout dévoiler

Lorsque je contacte un éventuellement clients, j’essaie toujours de donner quelques conseils pertinents. J’y ajoute parfois une ou deux sources (toujours les mêmes) pour démontrer que ce n’est pas que de paroles en l’air, mais que mes propositions s’appuient sur du solide. Dans le cas du référencement web, il s’agit d’un domaine très pointu; il faut donc faire attention dans les termes utilisés pour être clair, parfois simple, sans pour autant donner l’impression de devenir simpliste.

Sachez mettre en confiance

Une des raisons qui donnent leur succès aux réseaux sociaux, c’est que vous avez généralement plus confiance à vos amis qu’a un pur inconnu ou une entreprise commerciale. Partant de là, n’hésitez pas pour demander la permission à vos bons clients, ou lorsque vous faites un bon coup, pour les citer en exemple. Vous aurez une très grande part de réponse positive, mis à part pour des raisons de concurrence qui peuvent souvent se régler en établissant la limite de ce qui peut être mentionné.

À l’inverse, lorsque vous avez un contact qui vous donne un nom en référence, prenez les quelques secondes qu’il faut pour remercier ce référent; il sera encouragé à vous en envoyer davantage!

Mettez en place une structure

  • Boomerang pour Gmail est un petit outil très intéressant. D’une part, il permet de programmer à l’avance l’envoi d’un message, par exemple en début d’après-midi lorsque vous saurez la personne plus disponible même si vous lui écrivez le matin. Mais aussi il permet de rapporter un message dans la boîte de réception si ce dernier n’a eu aucune réponse après une semaine par exemple. Très utile pour faire un suivi et relancer des prospects! Seul défaut (majeur il faut le dire): Boomerang ne fonctionne correctement qu’avec l’interface anglaise de Gmail.
  • Système de gestion de la relation client : SugarCRM ou Salesforce sont des exemples d’applications qui permettent de garder les traces de vos activités. À plus petite échelle, un tableur Excel ferait l’affaire pour garder des traces. Encore ici, mettre en place une procédure (qui peut être aussi simple que de relancer le prospect aux deux semaines jusqu’à temps d’avoir eu 2 refus ou 3 envois sans réponse).

Faites le bilan des bonnes recettes, les mauvaises aussi!

Cette expertise et ces informations accumulées ne doivent pas rester au fond d’un tiroir. À l’occasion, chaque mois par exemple, prenez au moins une heure pour passer en revue les bons clients obtenus de même que ceux qui vous auront échappé. Quels sont les points communs? Par quelle publicité vous ont-ils connus? Quels mots-clés? Quel type de courriels ou messages leur avez-vous envoyés?

Faites-en un résumé d’une page maximum et gardez celle-ci pas trop loin. Après quelques exercices de la sorte vous remarquerez des tendances qui vont se dégager. Apprenez des cette expertise et adaptez en conséquence. Il s’agit là de la mise en oeuvre toute simple d’un processus d’amélioration continue. Simple, mais très puissant sur le long terme.

Voilà ce qui complète cette série “êtes-vous rentable sur le web”. Je pense en faire un document qui sera disponible gratuitement au cours des prochaines semaines… Qu’en pensez-vous?